Le Purgatoire

 

LE PURGATOIRE

Définition du Catéchisme de l'Eglise catholique

(publié en 1992)

Les numéros des paragraphes sont ceux de l'édition papier

III. La purification finale ou Purgatoire

1030 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une  purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaires pour entrer dans la joie du ciel.

1031 L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de la foi  relative au Purgatoire surtout aux Conciles de Florence (cf. DS 1304) et de Trente (cf. DS 1820 ; 1580). La tradition de l’Église, faisant référence à certains textes de l’Écriture (par exemple 1 Co 3, 15 ; 1 P 1, 7), parle d’un feu purificateur :

Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12, 31). Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur (S. Grégoire le Grand, dial. 4, 39).

1032 Cet enseignement s’appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Écriture : " Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché " (2 M 12, 46). Dès les premiers temps, l’Église a honoré la mémoire des  défunts et offert des suffrages en leur faveur, en particulier le sacrifice eucharistique (cf. DS 856 ;), afin que, purifiés, ils puissent parvenir à la vision béatifique de Dieu. L’Église recommande aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des défunts :

Portons-leur secours et faisons leur commémoraison. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (cf. Jb 1, 5), pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation ? N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux (S. Jean Chrysostome, hom. in 1 Cor. 41, 5 : PG 61, 361C).

Théologie du Purgatoire
le purgatoire dans l'Ancien Testament
le purgatoire dans le Nouveau Testament

 

FATIMA- La SAINTE VIERGE à Lucie

Le Purgatoire

D= Demande = Lucie
R= Réponse = MARIE

D : Toutes les âmes vont-elles au Paradis aussitôt après leur mort ?

R : Non, il y en a qui vont au Purgatoire et d'autres en enfer.
Les âmes qui, au sortir de leur corps, sont coupables de quelques fautes légèeres, ou sans avoir acquitté les peines dues à leurs péchés vont dans au Purgatoire, c'est-à-dire le lieu où l'âme se purifie avant d'entrer au ciel.

D : Qu'est-ce que le purgatoire ?

R : Le purgatoire est un lieu de souffrances, où les âmes justes expient leurs péchés, avant d'être admises à la gloire du Paradis.
Il y a un purgatoire, c'est-à-dire un lieu qui tient le milieu entre le paradis et l'enfer, dans lequel les âmes des justes sorties de ce monde sans avoir suffisamment satisfait à la justice divine achèvent d'y satisfaire, avant d'être admises à jouir du bonheur éternel. Nous lisons, dans les livres des Machabées, que Juda, un des principaux chefs d'Israël, envoya une somme d'argent à Jérusalem, afin qu'on offrit un sacrifice pour ceux qui étaient morts dans le combat. Pourquoi ? Parce que, nous dit l'Esprit-Saint, c'est une pratique sainte et salutaire de prier pour les morts. Mais si c'est une œuvre sainte, si c'est une pratique salutaire de prier pour les morts, il y a donc des morts qui ont en effet besoin de nos prières ; il y a donc des morts qui ne sont point encore parvenus à ce lieu de repos, à cette heureuse patrie après laquelle ils soupiraient ; il y a donc des morts qui sont encore dans un lieu d'exil, dans un état d'expiation et de souffrance.
Le purgatoire est un lieu d'expiation et de souffrance : la principale peine que subissent les âmes qui y sont détenues est la privation de la vue de Dieu ; peine qu'elles ressentent d'autant vivement, qu'elles connaissent mieux ce souverain bien, dont la vue leur est encore refusée, et qu'elle désirent plus ardemment le contempler et lui unies. Mais, outre cette peine, ces âmes sont encore purifiées par le feu, et en proie à des souffrances plus cuisantes que toutes celles qu'il serait possible d'endurer sur la terre. C'est ainsi qu'elles expirent leurs pêchés, et elles ne seront admises à la gloire du paradis que lorsqu'elles auront entièrement satisfait à la divine justice.

Nous pouvons procurer du soulagement à ces âmes souffrantes ; nous pouvons briser les liens qui les retiennent captives et leur ouvrir les portes de la céleste patrie ; la religion nous l'enseigne, et la tradition constante et universelle de l'Église, depuis les apôtres jusqu'à nous, nous apprend que les âmes du purgatoire y sont soulagées par les suffrages des fidèles, et que Dieu applique à ces âmes les mérites des jeûnes, des aumônes, des prières, des communions, des pratiques de pénitence et de toutes les bonnes œuvres que nous lui offrons pour elles. Ce qui contribue surtout puissamment à adoucir leurs peines et à hâter leur délivrance, c'est le saint sacrifice de la messe ; aussi l'Église ne l'offre-t-elle jamais sans implorer pour ces âmes infortunées la divine miséricorde. Pendant que tout le peuple est assemblé et élève leurs prières vers le ciel, que Jésus-Christ est sur l'autel en qualité de victime, le prêtre conjure le Seigneur d'accorder aux morts un lieu de rafraîchissement, de lumière et de paix.

D : Est-il certain qu'il y ait un Purgatoire ?

R : Oui, l'existence du Purgatoire est un dogme de foi catholique.
Ce dogme a été clairement défini par le saint concile de Trente, et il est fondé sur l'Ecriture sainte aussi bien que sur la Tradition. La sainte Vierge, lors de sa première apparition à Fatima a parlé du purgatoire. Il est donc absolument certain qu'il y a un purgatoire.

D : Quels sont ceux dont les âmes vont en purgatoire ?

R : Ceux dont les âmes vont en purgatoire sont ceux qui meurent en état de grâce, coupables néanmoins de quelque faute légère, ou qui n'ont pas entièrement satisfait à la justice divine pour la peine temporelle due à leurs péchés.
Rien de souillé ne peut entre dans le ciel : ainsi toute âme qui, au moment de la mort, se trouve coupable de quelque péché véniel, de quelque faute légère, ne va point au ciel, mais dans le purgatoire, afin de s'y purifier. Il en est de même d'une âme qui, au sortir de cette vie, n'est souillée d'aucun péché, même véniel, mais qui n'a pas entièrement satisfait à la justice divine ; elle achève d'y satisfaire dans le purgatoire, et Dieu ne l'admettra dans son sein et ne la fera entrer en possession de son royaume que lorsqu'elle aura payé sa dette jusqu'à la dernière obole, suivant les paroles de divin Sauveur dans l'Évangile : « En vérité, je te le dis, tu ne sortiras point de là que tu n'aies payé jusqu'à la dernière obole. » (Matthieu V, 26).

D : En quoi consistent les souffrances des âmes du Purgatoire ?

R : Les âmes du Purgatoire sont privées du bonheur de voir Dieu, et un feu réel les brûle szans les consumer.
Les souffrances des âmes du Purgatoire sont les mêmes que celles des réprouvés. Elles éprouvent la peine du dam, c'est-à-dire qu'elles sont privées de la vision intuitive, du bonheur du sens, c'est-à-dire qu'elles sont dans un feu qui les brûle sans les consumer. Les peines du Purgatoire sont donc, en elles, les mêmes que celles de l'enfer, à l'exception du désespoir et de l'éternité car les âmes qui y sont détenues sont assurées d'entrer un jour en possession du royaume des cieux.

D : Pouvons-nous soulager les âmes du Purgatoire ?

R : Oui, nous le pouvons par nos bonnes œuvres et par le saint Sacrifice de la messe.
Nous pouvons procurer du soulagement aux âmes qui souffrent dans le Purgatoire et leur ouvrir les portes de la celeste patrie par les suffrages des fidèles, les jeûnes, les aumônes, les communions, les pratiques de pénitences que nous offrons à Dieu pour elles, mais surtout par le saint Sacrifice de la messe. Nous devons prier pour les morts.

D : Y aura-t-il toujours un Purgatoire ?

R : Le Purgatoire ne subsistera que jusqu'à la fin du monde.
Il est certain que le Purgatoire durera jusqu'au jugement général, mais qu'il ne passera point ce terme. Notre-Dame de Fatima, le 13 mai 1917, dit qu'Amélia sera au Purgatoire jusqu'à la fin du monde.

 

PURGATOIRE ET ENFER

selon l'expérience de

sœur Faustine

« Aujourd'hui j'ai été dans les gouffres de l'enfer, introduite par un ange. C'est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande. Genres de supplices que j'ai vus : le premier supplice qui fait l'enfer c'est la perte de Dieu ; le deuxième - les perpétuels remords ; le troisième - le sort des damnés ne changera jamais ; le quatrième supplice - c'est le feu qui va pénétrer l'âme sans la détruire, c'est un terrible supplice, car c'est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ; le cinquième supplice - ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ; le sixième supplice - c'est la continuelle compagnie de satan ; le septième supplice - le désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes. Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n'est pas la fin des supplices. Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens. Chaque âme est tourmentée d'une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l'autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m'avait soutenue. Que chaque pécheur sache : il sera torturé durant toute l'éternité par les sens qu'il a employés pour pécher. J'écris cela sur l'ordre de Dieu pour qu'aucune âme ne puisse s'excuser disant qu'il n'y a pas d'enfer, ou que personne n'y a été et ne sait comment c'est.

Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j'ai été dans les gouffres de l'enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l'enfer existe. Je ne peux en parler maintenant, j'ai l'ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l'ordre de Dieu les obligeait à m'obéir. Ce que j'ai écrit est un faible reflet des choses que j'ai vues. J'ai remarquée une chose : qu'il y a là-bas beaucoup d'âmes qui doutaient que l'enfer existe. Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c'est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j'appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu'à la fin du monde dans les plus grands supplices que de T'offenser par le moindre péché » (PJ 741).

« Peu après, je tombai malade. La chère mère supérieure m'envoya avec deux autres sœurs en vacances à Skolimow non loin de Varsovie. C'est alors que j'ai demandé au Seigneur Jésus : pour qui dois-je prier ? Jésus me répondit qu'Il me ferait connaître la nuit suivante pour qui je dois prier.

Je vis mon Ange Gardien qui m'ordonna de le suivre. En un instant, je me trouvai dans un endroit brumeux, rempli de feu, et là une multitude d'âmes souffrantes. Ces âmes prient avec ferveur, mais sans efficacité pour elles-mêmes, nous seuls pouvons les aider. Les flammes qui les brûlaient ne me touchaient pas. Mon Ange Gardien ne me quittait pas un seul instant. Et je demandai à ces âmes quelle était leur plus grande souffrance. Elles me répondirent d'un commun accord, que leur plus grande souffrance était la nostalgie de Dieu.  

J'ai vu la Mère de Dieu, visitant les âmes du purgatoire. Les âmes l'appellent ‘Etoile de la mer'.

Elle leur apporte du soulagement. Je voulais encore leur parler, mais mon Ange Gardien m'a donné le signal du départ. Nous sommes sortis de cette prison de douleurs. J'entendis une voix intérieure qui me dit : Ma miséricorde ne veut pas cela, mais la justice l'exige. Depuis ce moment, je suis en relations plus étroites avec les âmes souffrantes » (PJ 20).

N.B. : PJ = Petit Journal (de Sainte-Faustine Kowalska, apôtre de la Miséricorde du Seigneur).

 

Ce que Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la

Sainte Face disait du Purgatoire

Toute la pensée de Thérèse sur le Purgatoire tient dans cette parole recueillie en juillet 97, trois mois avant sa mort :

« Je ne sais pas si j'irai en purgatoire, je ne m'en inquiète pas du tout, mais, si j'y vais je ne regretterai pas de n'avoir rien fait pour l'éviter. Je ne me repentirai jamais d'avoir travaillé uniquement pour sauver des âmes » (CJ 4 juin)

et elle ajoute aussi, un peu plus tard :

« Tout ce que j'ai fait c'était pour faire plaisir au bon Dieu, pour lui sauver des âmes »
(CJ30 juillet)
Que ce martyre, après m'avoir préparée à paraître devant Vous, me fasse enfin mourir et que mon âme s'élance, sans retard, dans l'éternel embrasement de votre Miséricordieux Amour ! »

Sans retard, c’est sa manière de dire « sans passer par le Purgatoire ». Thérèse était convaincue que pour les humbles les peines temporelles dues au péché seraient limitées.

Sr Geneviève note :

« Pour ceux qui sont humbles et s'abandonnent à Dieu avec amour, elle ne voyait pas s'ouvrir pour eux la porte du Purgatoire, pensant plutôt que le Père des Cieux, répondant à leur confiance par une grâce de lumière à l'heure de la mort, ferait naître en ces âmes, à la vue de leur misère, un sentiment de contrition parfaite effaçant toute dette. » (CSG 54)
En une autre occasion, continue-t-elle, elle me dit qu'il fallait, par nos prières et nos sacrifices, obtenir aux âmes tant d'amour du bon Dieu qu'elles puissent aller en Paradis sans passer par le Purgatoire. » (CSM 36)

 

MARTHE ROBIN ET LE PURGATOIRE

extrait du voyage Immobile page 132

 

1ère apparition d'âmes du purgatoire

au Padre Pio

Quatre capucins morts silencieux de la  cheminée

Padre pio fit ce récit aux "Fratini" (jeunes garçons éduqués par les capucins), un soir de février 1922, à San Siovanni Rotondo : " maintenant, écoutez ce qui m'est arrivé.

Voici quelques jours : descendu un soir près du feu (le foyer de la communauté) pour m'y réchauffer, j'eus la surprise d'y trouver quatre religieux que je n'avais jamais vus, assis à coté de la cheminée, avec le capuchon baissé, et silencieux. Je leur adresse le salut habituel : " loué soit Jésus-Christ" ; aucun ne me répondent.

Etonné, je les regarde attentivement pour savoir qui ils sont, mais je ne les reconnais pas. Je reste debout quelques minutes, tout en les observant, et ils me paraissent souffrir. Je les salue de nouveau sans obtenir de réponse.
"J'allai alors demander si des confrères de passages étaient là. Le père supérieur me répondit: "Padre Pio, qui monterait jusqu'ici par ce mauvais temps ?
- Père gardien, en bas, auprès de notre feu, il y a quatre capucins assis sur les bancs, avec leurs capuchons baissés, et qui se chauffent. Je les ai salués, mais  ils n'ont pas répondu. je les ai regardés attentivement et n'en ai reconnu aucun. Je ne sais pas qui ils sont. Le père gardien s'écria : " serait-il possible que des frères de passage soient arrivés sans que je le sache ? Allons voir !  "Mais auprès du feu nous ne trouvâmes personne. Je compris alors qu'il devait s'agir de quatre religieux défunts qui subissaient leur purgatoire en ce lieu ou ils avaient offensé le seigneur. Je suis alors resté toute la nuit en prières devant le saint - sacrement pour leur délivrance."

Padre Pio raconta à plusieurs reprises l’histoire suivante. Dans les années 1925, un soir, alors qu’il était seul en prière, il entendit le bruit d’objets qui tombaient à intervalles réguliers dans la chapelle. Croyant qu’il s’agissait des jeunes dont il avait la garde, il s’approcha du chœur et s’écria : « Que faites-vous là ? ». Il vit alors à ses côtés un jeune novice capucin qui lui expliqua qu’il expiait les négligences qu’il avait commises en tant que sacristain lorsqu’il était en vie. Son expiation consistait à répéter les mêmes erreurs. Sans se laisser impressionner, Padre Pio lui répondit : « Eh bien, je ne te félicite pas pour ton expiation, tu te débrouilles encore plus mal qu’avant ! »

Quoi qu’il en soit de cette anecdote, retenons que, d’une rencontre si insolite avec une personne décédée, Padre Pio parle comme d’un événement naturel, allant jusqu’à taquiner celui qui lui apparaît.
L’univers invisible, d’autres récits nombreux le confirment, lui était familier. Le purgatoire et les âmes qui le peuplent font partie du mystère de la communion des saints ; et pour le salut de ces âmes du purgatoire, Padre Pio offrit sa vie.
Très tôt, il confiait cette intention à son directeur spirituel :
 

« J’ai fait, il est vrai, plusieurs fois cette offrande au Seigneur, en le conjurant de vouloir déverser sur moi les châtiments qui sont préparés pour les pécheurs et pour les âmes du purgatoire, même en les centuplant pour moi, pourvu qu’il convertisse et sauve les pécheurs, et qu’il admette bientôt les âmes du Purgatoire au Paradis » (Lettres I. 23).

Ainsi que nous le faisons dans l’Eucharistie et dans les prières pour les défunts, Padre Pio croyait à cette solidarité de charité qui unit l’Eglise visible et invisible. Son désir du salut pour ses frères ne se limitait pas seulement aux vivants mais aussi aux défunts. En offrant l’Eucharistie, il s’offrait tout entier « pour que ceux qui ont quitté cette vie reçoivent la source inépuisable de leur pardon » (Oraison pour les défunts).

Autres écrits : Padre Pio et les âmes du purgatoire

 

VISIONS DE MARIA VALTORTA 

sur

LE PURGATOIRE et l’ENFER

LE PURGATOIRE (enseignement dicté par Jésus le 17 octobre 1943).

 "Je veux t'expliquer en quoi consiste le Purgatoire. Les âmes immergées dans cette flamme ne souffrent que d'amour. A leur présentation à Dieu (au moment de la mort), ces âmes sont investies par la Lumière, or elles ne sont pas dignes d'entrer aussitôt dans le Royaume de lumière. C'est pour elles une béatitude brève, anticipée, qui les rend certaines de leur salut et leur fait connaître de quoi sera faite leur éternité, et expérimenter Ma compassion pour elles, tout en les frustrant par justice d'années de possession bienheureuse de Dieu. Elles sont alors immergées dans le lieu de purgation, elles y sont investies par les flammes purificatrices.

En cela, ceux qui parlent du Purgatoire disent juste. Mais là où ils ne le sont plus, c'est lorsqu'ils veulent définir ces flammes. Elles sont un brasier d'amour. Elles purifient les âmes en les allumant à l'amour. Elles le font pour que l'âme soit libérée et se conjugue à l'amour du Ciel lorsqu'elle atteint cet amour qu'elle n'a pas atteint sur la terre. Tout pivote autour de l'amour, excepté pour les vrais morts. Je parle des damnés. Pour ces morts-là, l'amour lui-même est mort.

C'est en aimant au Purgatoire que vous conquerrez le Ciel, que vous n'avez pas su mériter au cours de votre vie. Et c'est en aimant au Paradis que vous réjouirez le Ciel. Quand une âme est au Purgatoire, elle ne fait qu'aimer, réfléchir et se repentir à la lumière de l'Amour qui a allumé ces flammes pour elle. Ces flammes, en outre, lui cachent Dieu, et c'est là son tourment. L'âme se souvient de la vision de Dieu qu'elle a eu lors de son jugement particulier. Elle porte en elle ce souvenir. Et, puisque le seul fait d'avoir entrevu Dieu est une joie, qui dépasse toute création, l'âme halète vers cette joie. Son souvenir de Dieu et ce rayon de lumière qui l'a investie à sa comparution devant Dieu font que cette âme voit, dans toute leur splendeur, ses manquements contre le Bien. C'est cette vision qui la prive de Dieu pour des années ou des siècles, qui constitue sa peine purgative.

Le tourment du Purgatoire, c'est la certitude d'avoir offensé l'Amour; au fur et à mesure qu'elle se décape, par le pouvoir de l'amour, elle accélère sa résurrection à l'amour, sa conquête de l'amour. C'est lorsque cette expiation est achevée que l'âme, ayant atteint la perfection de l'amour, est admise dans la Cité de Dieu.

Il faut beaucoup prier pour ces âmes. Vos prières sont autant de forces données au feu purificateur de l'amour. Elles en augmentent l'ardeur et hâtent le processus de purgation. De surcroît, ces prières vous font bénéficier d'un sursaut de charité, Charité de Dieu qui vous remercie de votre coopération, charité de ceux qui peinent et qui vous remercient de vous employer à les introduire dans la joie de Dieu"

Une chose que nous pourrions retenir : "Et, puisque le seul fait d'avoir entrevu Dieu est une joie, qui dépasse toute création, l'âme halète vers cette joie".

 

L'ENFER (enseignement dicté par Jésus le 15 janvier 1944).

"Les hommes de ce temps ne croient plus à l'existence de l'Enfer. Ils se sont arrangés un Au-delà à leur goût, fort peu terrorisant pour leur conscience, qui mérite de multiples châtiments. Disciples plus ou moins fidèles de l'Esprit du Mal, ils savent que leur conscience stopperait certains de leurs méfaits, s'ils croyaient réellement à l'Enfer, tel que la foi l'enseigne. J'ai dit que le Purgatoire est un feu d'amour, l'Enfer est un feu de rigueur. L'Enfer est remords, il est rage, il est damnation, il est haine, haine envers satan, haine envers les hommes, haine envers soi-même. Le mot "haine" tapisse ce royaume sans mesure, il rugit dans ces flammes, il hurle dans le ricanement des démons, il sanglote et aboie dans les lamentations des damnés, il résonne, résonne, résonne, comme une cloche au marteau éternel, il résonne comme un éternel tambour de mort, il remplit les retraites de cette prison, il est par lui-même tourment, parce qu'il renouvelle à chacun de ses échos le souvenir de l'amour perdu pour toujours, le remords de l'avoir perdu délibérément, la rage de ne pouvoir plus jamais le retrouver"
-
Une chose que nous pourrions retenir : "L'Enfer est remords, il est rage, il est damnation, il est haine, haine envers satan, haine envers les hommes, haine envers soi-même".

 

Le Purgatoire vu par

Jean-Paul II

Dans la Bulle d'introduction pour l'Année Sainte de la Rédemption donnée à Rome le 6 janvier 1983, Sa Sainteté le pape Jean-Paul II relève:

«Il convient de redécouvrir le sens du péché et, pour cela, le sens de Dieu.
Car le péché est une offense faite au Dieu juste et miséricordieux,
et il demande à être convenablement expié dans cette vie ou dans l'autre.

Comment ne pas se rappeler cet avis salutaire: "Le Seigneur jugera son peuple. Il est terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant!" (He 10, 30-31 )

L'Eglise, dispensatrice par la volonté expresse de son Fondateur, accorde à tous les fidèles la possibilité d'accéder, moyennant l'indulgence (plénière), au don total de la miséricorde de Dieu, mais elle exige qu'il y ait la pleine disponibilité et la purification intérieure nécessaire, car l'indulgence n'est pas séparable de la vertu ni du sacrement de pénitence.

Je désire avant tout que l'on accorde une importance fondamentale aux deux principales conditions requises pour acquérir toute indulgence plénière:
la confession sacramentelle personnelle et complète, dans laquelle se réalise la rencontre entre la misère de l'homme et la miséricorde de Dieu, et la communion eucharistique reçue dignement. »

N'oublions pas les exigences de la justice du Christ, relatées au chapitre 5 de l'Evangile selon Saint Matthieu.
Après avoir enseigné les Béatitudes, Jésus précise qu'il n'est pas venu abolir la Loi et les Prophètes, mais l'accomplir.
En renouvelant les interprétations concrètes de la Loi donnée au Sinaï, Jésus affirme avec une intransigeance absolue les exigences de renouvellement du comportement humain, dans la perspective du Royaume:

« Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux. »

Le Pape Jean Paul II aux prêtres, PROPOS TENUS  par JEAN PAUL II DANS SON MESSAGE, RENDU PUBLIC LE 3 AVRIL , ADRESSÉ AU GRAND PÉNITENCIER, LE CARDINAL WILLIAM W. BAUM, À L'OCCASION DU COURS HABITUEL ORGANISÉ PAR LE DICASTÈRE VATICAN POUR LES PROCHAINS CANDIDATS AU SACERDOCE ET POUR LES NOUVEAUX PRÊTRES

"RAPPELEZ-VOUS LES INDULGENCES"

"J'EXHORTE VIVEMENT LES PRÊTRES À ÉDUQUER LES FIDÈLES PAR UNE CATÉCHÈSE APPROPRIÉE ET APPROFONDIE, AFIN QU'ILS PROFITENT DES GRANDS BIENFAITS DES INDULGENCES, SELON L'ESPRIT ET L'ÂME DE L'ÉGLISE.

EN PARTICULIER, LES PRÊTRES CONFESSEURS POURRAIENT TRÈS UTILEMENT ASSIGNER À LEURS PÉNITENTS COMME PÉNITENCE SACRAMENTELLE DES PRATIQUES INDULGENCIÉES, À LA CONDITION, TOUJOURS, QU'ELLES SOIENT EN JUSTE PROPORTION AVEC LES FAUTES CONFESSÉES".

UNE PRIÈRE POUR
LES AMES DU PURGATOIRE

Sainte Marie, Mère de Dieu,
consolatrice des affligés,
douce Vierge,
Mère de notre Sauveur Jésus
et de tous les fidèles,
ô vous qui êtes aussi la Mère
de toutes les pauvres âmes
qui souffrent tant dans le purgatoire,
j'implore avec confiance
l'immense bonté de votre Coeur,
et je vous prie d'intercéder
auprès de votre divin Fils,
afin que par les mérites
de son saint Sacrifice,
les âmes qui sont châtiées
et purifiées par le feu de la souffrance,
obtiennent le soulagement
et la délivrance auxquels elles aspirent.

Ainsi soit-il. 

 

LE PURGATOIRE

 www.Purgatoire.net

Théologie du Purgatoire
le purgatoire dans l'Ancien Testament
le purgatoire dans le Nouveau Testament
le purgatoire dans la Tradition Orientale jusqu'au IIIème siècle
le purgatoire dans la Traditon Latine
le purgatoire dans l'union réalisée aux concile de Lyon et de Florence
le purgatoire dans la Théologie protestante et selon le concile de Trente
VII La synthèse catholique dans la Théologie post tridentine

Saint François de Sales Texte inédit sur le Purgatoire

Abbé François-Xavier Schouppe, s.j. , Le Dogme du Purgatoire illustré par des Faits et des Révélations Particulières
télécharger

Abbé Rossignoli - Les Merveilles Divines dans les Âmes du Purgatoire
télécharger

Abbé Louvet - Le Purgatoire d'après les Révélations des Saints
télécharger
 
Les Plus Beaux Textes sur l'Au-delà de Mgr Cristiani - le Purgatoire

le purgatoire et la confession
Litanies des âmes du purgatoire
Un Mois avec les Ames du Purgatoire
Histoire de la théologie du purgatoire
Ce qui est de foi définie sur le purgatoire
le symbolisme du Feu
peut-on éviter d'aller au  purgatoire?

Vatican II

Congrégation pour la doctrine de la foi
Constitution apostolique sur les indulgences (réforme de 1967)
Prier pour les âmes et la Gloire de Dieu
la dévotion aux Saintes Plaies pour les âmes du Purgatoire
Célébration du millénaire de l’institution du Jour des morts
Saint Thomas d'Aquin
Saint Ignace de Loyola et Pierre Favre
Saint Jean-Marie Vianney curé d'Ars
saint Robert Bellarmin  
Maria Simma - Apparitions d'âmes du Purgatoire en Autriche (Europe)
Le Purgatoire et Charles Journet

Père Herman Cohen, juif converti au catholicisme, sauve sa mère restée dans le judaïsme  
Divers éléments
Traité du Purgatoire de Sainte Catherine de Gênes - (indisponible en 2008)

 

 

≈  LE PARADIS ≈  L'ENFER
Commentaires (1)

1. Jean Jeu 30 Oct 2014

En complément sur ce sujet, voir cette analyse critique des expériences de mort imminente d'un point de vue eschatologique :

http://reflexionsjesus.wordpress.com/2013/01/02/les-experiences-de-mort-imminente-emi/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site