L'enfer

L'ENFER

Révélations données à Maria Valtorta - J'ai été en enfer (Témoignage Gloria Polo) - Une enfant de 8 ans en enfer - Extrait du livre "Visions d'enfants": Visions de l'enfer - Cathéchisme de L'Eglise Catholique concernant l'enfer - Vision de Soeur Faustine

 

 

Révélations données à Maria Valtorta
La porte du royaume infâme de satan sera fermée, boulonnée par mes anges pour toujours, pour toujours, pour toujours, un toujours dont le nombre d’années est sans nombre

Maria VALTORTA

(1897-1961)

Révélation donnés à Maria Valtorta - Dictée et vision du 15 janvier 1944 - extraites des "Cahiers de 1944"

 Jésus décrit l’enfer: un tourment de feu, de gel, de ténèbres.

Jésus dit : "Une fois, je t’ai fait voir le Monstre des abîmes [1]. Je vais aujourd’hui te parler de son royaume. Je ne peux pas toujours te garder au paradis. Souviens-toi que tu as pour mission de rappeler certaines vérités à tes frères qui les ont trop oubliées. Ce sont ces oublis, qui sont en réalité du mépris pour les vérités éternelles, qui sont la cause de tant de maux pour les hommes.

Écris donc cette page pénible. Ensuite, tu seras réconfortée. C’est la nuit du vendredi. Écris en regardant ton Jésus, qui est mort sur la croix dans des tourments tels qu’ils sont comparables à ceux de l’enfer, et qui a voulu cette mort pour sauver les hommes de la Mort.

Les hommes d’aujourd’hui ne croient plus à l’existence de l’enfer. Ils se sont échafaudé un au-delà à leur convenance et tel qu’il soit moins terrorisant pour leur conscience, qui mérite bien des châtiments. Disciples plus ou moins fidèles de l’Esprit du Mal, ils savent bien que leur conscience reculerait devant certains méfaits, s’ils croyaient réellement à l’enfer comme la foi l’enseigne. Ils savent que leur conscience, une fois leur méfait commis, ferait retour sur elle-même et trouverait le repentir dans le remords ou dans la peur et, grâce au repentir, la voie pour revenir à moi.

Leur malice, instruite pas Satan dont ils sont les serviteurs ou les esclaves (suivant leur adhésion aux volontés et aux suggestions du Malin) ne veut pas de tels reculs et de tels retours sur soi. Par conséquent, l’homme abandonne la foi à l’enfer tel qu’il est réellement et s’en fabrique un autre — si du moins il s’en fabrique un —, qui n’est en fait qu’une pause pour prendre son élan vers d’autres élévations futures.

 Il va si loin dans cette opinion qu’il croit de façon sacrilège que le plus grand de tous les pécheurs de l’humanité, le fils bien-aimé de Satan, celui qui était voleur comme le dit l’Évangile, concupiscent et avide de gloire humaine comme je le dis moi, Judas Iscariote, a pu être sauvé et parvenir jusqu'à moi en passant par des phases successives, alors que, poussé par la triple concupiscence, il est devenu marchand du Fils de Dieu et que, moyennant trente pièces et un baiser comme signe — une valeur monétaire dérisoire et une valeur affective infinie —, il m’a livré aux mains des bourreaux.[2]

Non. S’il fut le sacrilège par excellence, moi je ne le suis pas. S’il fut l’injuste par excellence, moi je ne le suis pas. S’il fut celui qui a répandu dédaigneusement mon Sang, moi je ne le suis pas. Pardonner à Judas serait un sacrilège envers ma divinité qu’il a trahie, ce serait une injustice envers tous les autres hommes, toujours moins coupables que lui et qui sont pourtant punis pour leurs péchés, ce serait mépriser mon sang, enfin ce serait ne pas tenir compte de mes lois.

J’ai dit, moi qui suis le Dieu un et trine, que celui qui est destiné à l’enfer l’endure pour l’éternité car aucune nouvelle résurrection ne provient de cette mort-là. J’ai dit que ce feu est éternel et que tous les artisans de scandales et d’iniquités s’y retrouveront. Ne croyez pas non plus que ce sera au moment de la fin du monde. Non, car au contraire, la terrible révision de vie sera suivie de cette demeure, plus impitoyable, de larmes et de tourments : en effet, ce qui est encore permis à ses hôtes comme divertissement infernal — le pouvoir de nuire aux vivants et la vue de nouveaux damnés être précipités dans l’abîme — n’existera plus. La porte du royaume infâme de Satan sera fermée, boulonnée par mes anges pour toujours, pour toujours, pour toujours, un toujours dont le nombre d’années est sans nombre.
En comparaison, si les grains de sable de tous les océans de la terre devenaient des années, ils formeraient moins d’une journée de mon éternité impossible à mesurer, faite de lumière et de gloire en haut pour les bienheureux, mais de ténèbres et d’horreur pour les maudits dans les profondeurs.

 Je t’ai déjà dit que le purgatoire est un feu d’amour. Mais l’enfer est un feu de sévérité.

Le purgatoire est un lieu dans lequel vous expiez vos manques d’amour pour votre Seigneur Dieu en pensant à lui, dont l’Essence a brillé devant vous au moment de votre jugement particulier et vous a remplis du désir de la posséder. Par l’amour, vous conquérez l’Amour et, en passant par des degrés croissants de charité enflammée, vous lavez vos vêtements jusqu’à les rendre purs et lumineux pour entrer dans le royaume de la Lumière, dont je t’ai montré les splendeurs il y a quelques jours. [5]

L’enfer est un lieu où la pensée de Dieu, le souvenir de Dieu entrevu lors du jugement particulier n’est pas, comme pour l’âme du purgatoire, un saint désir, une nostalgie déchirante mais pleine d’espoir, une espérance faite d’attente tranquille, de paix assurée qui atteindra la perfection quand elle sera devenue conquête de Dieu, mais qui donne déjà à l’âme du purgatoire une joyeuse activité purifiante, puisque chaque souffrance, chaque instant de souffrance l’approche de Dieu, son amour. En enfer la pensée de Dieu est remords, ressentiment, damnation, haine. Haine contre Satan, haine contre les hommes, haine contre soi-même.

Après avoir, pendant leur vie, adoré Satan à ma place, maintenant qu’ils le possèdent et en voient le véritable aspect, qui n’est plus caché sous le sourire ensorcelant de la chair, sous l’éclat lumineux de l’or, sous le signe puissant de la suprématie, ils le haïssent pour avoir causé leurs tourments.

Après avoir oublié leur dignité d’enfants de Dieu au point d’adorer les hommes jusqu’à devenir des assassins, des voleurs, des escrocs, des marchands d’immondices pour eux-mêmes, maintenant qu’ils retrouvent les patrons pour lesquels ils ont tué, volé, escroqué, vendu leur propre honneur comme celui de tant de créatures malheureuses, faibles, sans défense, en se faisant l’instrument d’un vice que les animaux n’en connaissent pas — la luxure, cet attribut de l’homme empoisonné par Satan —, maintenant donc ils les haïssent pour avoir provoqué leurs tourments.

Après s’être adorés eux-mêmes en accordant toute satisfaction à la chair, au sang ainsi qu’aux sept appétits de leur chair et de leur sang, foulant ainsi aux pieds la Loi de Dieu et celle de la moralité, ils se haïssent maintenant parce qu’ils se rendent compte qu’ils se sont eux-mêmes causé leurs tourments.

Le mot "Haine" recouvre ce royaume immense Le mot "Haine" recouvre ce royaume immense; il rugit au milieu de ces flammes; il hurle sous les ricanements des démons; il sanglote et crie au milieu des lamentations des damnés; il résonne, résonne, résonne, comme une cloche qui sonne éternellement le tocsin; il retentit comme un buccin éternel; il remplit chaque recoin de cette prison; il est en lui-même un tourment car, chaque fois qu’on l’entend, il ranime le souvenir de l’Amour perdu à jamais, le remords d’avoir voulu le perdre et la rage de ne plus jamais pouvoir le revoir.

Au milieu de ces flammes, l’âme morte, à l’instar de ces corps jetés au bûcher ou dans les fours crématoires, se tord et crie comme si elle était de nouveau animée par un mouvement de vie, elle se réveille pour comprendre son erreur puis meurt et renaît à chaque instant dans d’atroces douleurs, car le remords la tue sous un blasphème et ce meurtre la ramène à vivre un nouveau tourment. Le crime d’avoir trahi Dieu dans le temps reste devant l’âme pour l’éternité; l’erreur d’avoir refusé Dieu dans le temps lui est éternellement présente, pour son tourment.

Dans le feu, les flammes singent les spectres de ce qu’ils ont adoré pendant leur vie, les passions se peignent en ardents coups de pinceau sous leurs aspects les plus appétissants et elles crient, crient leur mémento [6] : "Tu as voulu le feu des passions. Reçois maintenant le feu allumé par Dieu, dont tu as tourné en dérision le saint Feu."

Le feu répond au feu. Au paradis, il est feu d’amour parfait. Au purgatoire, il est feu d’amour purificateur. En enfer, il est feu d’amour offensé. Puisque les élus ont aimé à la perfection, l’Amour se donne à eux avec toute sa perfection. Puisque les âmes du purgatoire ont aimé tièdement, l’Amour devient flamme pour les amener à la perfection. Puisque les maudits ont brûlé de tous les feux, sauf du Feu de Dieu, le Feu de la colère de Dieu les brûle pour l’éternité. Or au sein de ce feu se trouve aussi un froid glacé.

Oh ! Vous ne pouvez vous imaginer ce qu’est l’enfer. Prenez tout ce qui tourmente l’homme sur terre : le feu, les flammes, le gel, les eaux qui submergent, la faim, le sommeil, la soif, les blessures, les maladies, les plaies, la mort... Additionnez-les et multipliez ce total des millions de fois : vous n’aurez qu’une pâle image de cette terrible vérité.

Un froid sidéral se mêlera à une chaleur insoutenable. Les damnés ont brûlé de tous les feux humains mais n’auront eu qu’une vie spirituelle glacée pour leur Seigneur Dieu. C’est donc le gel qui les attend pour les congeler après que le feu les aura salés comme du poisson mis à rôtir sur une flamme. Le fait de passer de la chaleur brûlante qui fait fondre au froid glacé qui condense est un tourment de plus.

Oh ! Ce n’est pas là un langage métaphorique, car Dieu peut faire en sorte que les âmes, lourdes des fautes qu’elles ont commises, aient une sensibilité égale à celle de la chair, même avant qu’elles ne revêtent cette chair. Vous ne savez pas et ne croyez pas. Mais je vous dis, en vérité, que mieux vaudrait pour vous subir tous les tourments de mes martyrs plutôt que passer une seule heure dans les tortures de l’enfer.

Le troisième tourment, ce sera l’obscurité. Une obscurité matérielle et spirituelle. Se trouver pour toujours dans les ténèbres après avoir vu la lumière du paradis, être étreint par la Ténèbre après avoir vu la Lumière qui est Dieu ! Se débattre dans l’horreur noire où seul s’illumine, au réverbère de l’esprit brûlant, le nom du péché qui leur a valu d’être plongés dans une telle horreur !
Ne trouver aucun appui dans ce remue-ménage d’âmes qui se haïssent et se nuisent mutuellement, si ce n’est dans le désespoir qui les rend fous et toujours plus maudits. S’en nourrir, s’appuyer sur lui, se tuer avec lui. La mort nourrira la mort, est-il dit. [7] Le désespoir est mort et nourrira ces morts pour l’éternité.

Je vous le dis, moi qui pourtant ai créé cet endroit : quand j’y suis descendu pour tirer des limbes ceux qui attendaient ma venue, j’ai eu horreur, moi qui suis Dieu, de cette horreur, et, si une chose faite par Dieu n’était immuable parce que parfaite, j’aurais voulu le rendre moins atroce, car je suis l’Amour et j'ai souffert de cette horreur.

Or vous, vous voulez y aller !

Mes enfants, méditez ce que je vous dis. On donne aux malades des médicaments amers, les endroits atteints par le cancer sont cautérisés et le mal excisé. Pour vous, qui êtes malades et cancéreux, ma parole est médicaments et cautère chirurgical. Ne la refusez pas. Servez-vous-en pour vous guérir. La durée de la vie n’est pas ces quelques jours passés sur la terre. La vie commence quand elle vous semble finir, et elle ne finit pas.

Faites en sorte qu’elle se déroule là où la lumière et la joie de Dieu rendent l’éternité belle, et non pas là où Satan est le bourreau éternel."
Pour consulter en ligne tout les textes (site extérieur) : http://www.maria-valtorta.org

 

 

J’ai été en ENFER
Témoignage de  Gloria Polo

Gloria Polo

La Miséricorde de Dieu se manifeste grâce à la prière intense et spontanée d’un paysan inconnu de Gloria Polo !
 

Frères et sœurs, c’est merveilleux pour moi de partager avec vous en cet instant, l’ineffable grâce que m’a donnée Notre Seigneur, il y a maintenant plus de dix ans.

C’était à l’Université Nationale de Colombie à Bogota (en Mai 1995).
Avec mon neveu, dentiste comme moi, nous préparions une maîtrise. Ce vendredi après-midi, mon mari nous accompagnait car nous avions des livres à prendre à la Faculté. Il pleuvait abondamment et mon neveu et moi-même, nous abritions sous un petit parapluie. Mon mari, vêtu d’un imperméable, approchait de la bibliothèque du Campus. Mon neveu et moi qui le suivions, nous sommes dirigés vers des arbres pour éviter des flaques d’eau.

A ce moment-là, nous avons été tous les deux foudroyés. Mon neveu est mort sur le coup ; il était jeune et en dépit de son jeune âge, il s’était déjà consacré à Notre Seigneur ; il avait une grande dévotion à l’Enfant-Jésus.
Il portait toujours sa sainte image dans un cristal de quartz sur sa poitrine. D’après l’autopsie, la foudre serait entrée par l’image ; elle a carbonisé son cœur et est ressortie par ses pieds. Extérieurement, l’on n’apercevait aucune trace de brûlure.

Pour ma part, mon corps a été calciné de façon horrible, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce corps que vous voyez maintenant, reconstitué, l’est par la grâce de la miséricorde divine. La foudre m’avait carbonisée, je n’avais plus de poitrine et pratiquement toute ma chair et une partie de mes côtes avaient disparu. La foudre est sortie par mon pied droit après avoir brûlé presque entièrement mon estomac, mon foie, mes reins et mes poumons.
Je pratiquais la contraception et portais un stérilet intra-utérin en cuivre. Le cuivre étant un excellent conducteur d’électricité, carbonisa mes ovaires. Je me trouvais donc en arrêt cardiaque, sans vie, mon corps ayant des soubresauts à cause de l’électricité qu’il avait encore.

Témoignage Complet de Gloria Polo : J'ai été en ENFER

 

 

Une enfant de 8 ans en ENFER

Extraite des messages de l'Escorial du 03 novembre 2002. - Texte trouvé dans le Bulletin de l'Association Vierge des Douleurs du Pré Neuf de l'Escorial
n° 60 - novembre 2002 (abonnement tél. : 05 59 84 35 93 - France)

(...)
J'ai vu des enfants en enfer. Le premier que j'ai vu, c'était une petite fille âgée de 8 ans.
J'en ai été horrifiée. Je ne comprenais comment un enfant de 8 ans pouvait se trouver en enfer.
J'en suis arrivée à penser : comment Dieu peut faire une chose pareille ?
Alors Le Seigneur m'a dit : « Comme tu doutes de Moi » !
Moi je n'ai pas condamné cette petite fille, elle s'est condamnée elle-même. De même qu'il y a des enfants qui sont « adultes », de même certaines personnes âgées sont comme des enfants.

Cette petite à 8 ans avaient commis beaucoup de péchés. Et moi j'avais commis un péché en jugeant Dieu. Un jour aussi, il m'est arrivé d'avoir de La compassion pour ceux qui étaient en enfer, alors le Seigneur s'est fâché et il m'a dit : « Tu es en train de juger comme si Je n'étais pas Juste envers les âmes.
Combien de fois t'ai je dit que les âmes qui se condamnent, Le font de leur plein gré ! Moi J'ai œuvré avec Justice en tant que Juge Suprême. Ne doutes jamais de La Justice de Dieu ! »
. Alors vous voyez, j'avais commis un péché en doutant de Dieu. Je m'en suis repentie bien sûr. Souvent je préfère ne pas penser. Je dis souvent à Dieu que s'il fait les choses, c'est lui Le Maître de tout. Et IL sait bien ce qu'Il a à faire et comment IL doit le faire.

Question : L'eau bénite peut-eLle soulager les âmes du Purgatoire ?
Oui. Lorsqu'on entre à l'église et que L'on fait Le signe de croix avec l'eau bénite, on peut effacer ses propres péchés véniels.

Question : Beaucoup de prêtres disent que l'enfer n'existe pas !
Les pauvres ! L'Enfer est un dogme de foi. C'est écrit : « Va-t-en maudit, au feu éternel ! ». Et combien de fois L'on trouve dans l'EvangiLe le mot « enfer ». Celui qui ne croit pas à l'enfer est anathème. L'Enfer existe comme le CIEL existe. Mais nous, nous devons croire en la parole de Dieu. On ne doit rien ajouter ni rien retrancher à la parole de Dieu qui est L'Evangile. Ce qui est écrit, est écrit. Celui qui ajoute ou retranche quelque chose, quand il se présentera devant Dieu !...

Question : Il y a beaucoup de prêtres qui ne veulent pas que Les croyants s'agenouillent pour recevoir la Sainte Communion !
Avec humilité, vous vous levez, et Le Seigneur voit. Il m'est arrivé de m'agenouiller avant de recevoir la communion et le prêtre m'a dit :
(...)
IL n'y avait que cris et malédictions :
les enfants maudissaient Leurs parents et les parents maudissaient leurs enfants.
Chacun se renvoyait la faute : les enfants disaient à Leurs parents : c'est à cause de vous que nous sommes ici, et les parents disaient à leurs enfants que c'était Leur faute s'ils se trouvaient en ce lieu. C'est parce que Les parents avaient tout consenti à Leurs enfants et que les enfants en avaient bien profité, n'ayant pas respecté leurs parents, qu'iLs se trouvaient tous en enfer.

Ces âmes dont j'ai parlé auparavant, donnaient des avertissements aux parents en Leur indiquant qu'ils devaient élever leurs enfants dans La sainte crainte de Dieu et ne pas leur mettre, comme dit L'Evangile, « un serpent entre leurs mains, ni une bouteille de venin pour qu'ils s'empoisonnent » mais qu'ils devaient les conduire sur le chemin de l'Evangile. Elles disaient que pour toutes ces raisons, beaucoup de parents étaient condamnés.
(...)


 

Extraits du livre: Visions d'enfants

Visions de L'Enfer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONFRONTATION D'UN GRAND SAVANT DE CE MONDE AVEC UNE ENFANT IGNORANTE MAIS INSPIREE PAR LA PAROLE DE DIEU

L’ÉTUDIANT UNIVERSITAIRE

Juste en face de notre porte d’entrée demeurait un étudiant qui devait obtenir son diplôme à la fin de l’année. Peu après son emménagement, j’étais allé lui parler et je l’avais invité à venir passer une soirée informelle avec nous pour parler de la Bible et du christianisme […]

[…] Mais, bien que très poli, il ne voulait pas y croire. Il avait l’air de ne pas aimer la façon intéressée dont les autres étudiants participaient, au cours des discussions sur la Bible.

Dix jours après le début de ces rencontres, nous avons commencé, à Adullam, à recevoir des manifestations du SAINT-ESPRIT.

Un matin, une de nos filles rencontra à notre porte cet étudiant. La fille lui expliqua qu’il ferait mieux de devenir chrétien, et le poussa à croire que Jésus pouvait le sauver.

Pourquoi aurais-je besoin de devenir chrétien ? demanda-t-il. Je n’ai pas besoin d’être sauvé.

Tu pourrais mourir soudainement, et alors tu irais en enfer.

Qui es-tu ? se moqua l’étudiant. Tu es un petit morceau de fille ignare, une mendiante sans utilité. Qu’est-ce que tu crois que tu vas devenir ? Tu essayes de m’apprendre quelque chose alors qur tu n’es même pas digne de m’adresser la parole. Je suis étudiant universitaire. Je suis intelligent. J’ai lu beaucoup de livres. J’ai vécu à Pekin pendant de nombreuses années. Je sais lire et parler l’anglais aussi bien que le chinois.

Et il lui cracha au visage, en lui disant de s’occuper de ses affaires.

 

 

Deux semaines plus tard, j’ai entendu le bruit de funérailles dans l’allée frontale. J’ai été consterné d’apprendre que c’étaient les funérailles de cet étudiant – je l’avais vu dans la rue quelques jours auparavant. Un des garçons raconta que quelques jours plus tôt, pendant que le groupe prêchait, il avait offert au jeune homme un tract qu’il avait refusé de prendre. Je ne savais pas non plus qu’il avait eu cette conversation avec la fille que nous accueillions.

Environ un mois plus tard, cette fille tomba en extase dans l’Esprit.

Après avoir vu de glorieuses visions du Paradis, elle se tint et se pencha comme si elle regardait quelque chose dans l’enfer. Nous l’avons entendu dire :

Ah, c’est ça l’enfer.  Non, je ne peux pas. Je n’ai plus le pouvoir de vous aider maintenant. Je vois bien que vous êtes dans une horrible situation. C’est vous maintenant qui êtes pire qu’un mendiant, tout sale, crasseux et souffrant dans le lac de feu. En fait, vous êtes encore pire que tous les mendiants que j’ai vus. Je croyais que vous m’aviez dit que vous étiez riche et que vous aviez beaucoup d’instruction. Où est votre instruction maintenant ? Et bien, même si vous vous excusez maintenant, je ne peux pas vous aider. Je n’ai pas de pouvoir. Seul Jésus peut vous sauver, mais quand je vous l’ai dit, vous vous êtes moqué de moi et vous m’avez maudite.

REGARDEZ, CE QUE NOUS, MENDIANTS, AVONS RECU DE JESUS : au Paradis c’est merveilleux et il n’y a que JOIE, BONHEUR et AMOUR. NOUS ALLONS JOUIR DU PARADIS DE DIEU A JAMAIS.

 

[…] Nous sommes plus que certains que DIEU nous demande de nous mettre au carrefour pour montrer aux pécheurs la voie étroite qui mène au Salut.
H.A Baker

 

Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de DIEU. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Evangile de DIEU ? Et si le juste se sauve avec peine, que deviennent l'impie et le pécheur ?
(1 Pierre 4 :17-18)

 

 

Soeur Faustine

Que chaque pécheur sache  il sera torturé durant toute l'éternité par les sens qu'il a employés pour pécher. Sœur Faustine

Vision de l’Enfer donnée à Sainte Faustine, le 20 octobre 1936 - Extrait du Petit Journal, n°741

 « Aujourd'hui j'ai été dans les gouffres de l'enfer, introduite par un ange. C'est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande.
Genres de supplices que j'ai vus :


•    le premier supplice qui fait l'enfer c'est la perte de Dieu ;
•    le deuxième - les perpétuels remords ;
•    le troisième - le sort des damnés ne changera jamais ;
•    le quatrième supplice - c'est le feu qui va pénétrer l'âme sans la détruire, c'est un terrible supplice, car c'est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ;
•    le cinquième supplice - ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ;
•    le sixième supplice - c'est la continuelle compagnie de satan ;
•    le septième supplice - le désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes.


Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n'est pas la fin des supplices. Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens. Chaque âme est tourmentée d'une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l'autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m'avait soutenue.

Que chaque pécheur sache : il sera torturé durant toute l'éternité par les sens qu'il a employés pour pécher.

J'écris cela sur l'ordre de Dieu pour qu'aucune âme ne puisse s'excuser disant qu'il n'y a pas d'enfer, ou que personne n'y a été et ne sait comment c'est. Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j'ai été dans les gouffres de l'enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l'enfer existe.

Je ne peux en parler maintenant [en 1936], j'ai l'ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l'ordre de Dieu les obligeait à m'obéir. Ce que j'ai écrit est un faible reflet des choses que j'ai vues. J'ai remarqué une chose : qu'il y a là-bas beaucoup d'âmes qui doutaient que l'enfer existe.

Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c'est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j'appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu'à la fin du monde dans les plus grands supplices que de T'offenser par le moindre péché. »

 

 

Catéchisme de l'Eglise Catholique

concernant L'Enfer

IV. L’enfer

1033 Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : " Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui " (1 Jn 3, 15). Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (cf. Mt 25, 31-46). Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot " enfer ".

1034 Jésus parle souvent de la " géhenne " du " feu qui ne s’éteint pas " (cf. Mt 5, 22. 29 ; 13, 42. 50 ; Mc 9, 43-48), réservé à ceux qui refusent jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir , et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps (cf. Mt 10, 28). Jésus annonce en termes graves qu’il " enverra ses anges, qui ramasseront tous les fauteurs d’iniquité (...), et les jetteront dans la fournaise ardente " (Mt 13, 41-42), et qu’il prononcera la condamnation : " Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel ! " (Mt 25, 41).

1035 L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer, " le feu éternel " (cf. DS 76 ; 409 ; 411 ; 801 ; 858 ; 1002 ; 1351 ; 1575 ; SPF 12). La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et auxquels il aspire.

1036 Les affirmations de la Sainte Écriture et les enseignements de l’Église au sujet de l’enfer sont un appel à la responsabilité avec laquelle l’homme doit user de sa liberté en vue de son destin éternel. Elles constituent en même temps un appel pressant à la conversion : " Entrez par la porte étroite. Car large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui le prennent ; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent " (Mt 7, 13-14) :
Ignorants du jour et de l’heure, il faut que, suivant l’avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s’achèvera le cours unique de notre vie terrestre, d’être admis avec lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu, au lieu d’être, comme de mauvais et paresseux serviteurs, écartés par l’ordre de Dieu vers le feu éternel, vers ces ténèbres du dehors où seront les pleurs et les grincements de dents (LG 48).

1037 Dieu ne prédestine personne à aller en enfer (cf. DS 397 ; 1567) ; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu (un péché mortel), et y persister jusqu’à la fin. Dans la liturgie eucharistique et dans les prières quotidiennes de ses fidèles, l’Église implore la miséricorde de Dieu, qui veut " que personne ne périsse, mais que tous arrivent au repentir " (2 P 3, 9) :
Voici l’offrande que nous présentons devant toi, nous, tes serviteurs, et ta famille entière : dans ta bienveillance, accepte-la. Assure toi-même la paix de notre vie, arrache-nous à la damnation et reçois-nous parmi tes élus (MR, Canon Romain 88).

Pour lire l'intégralité du catéchisme : http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_INDEX.HTM

 

 

≈  LE PARADIS ≈  LE PURGATOIRE
« Aujourd'hui j'ai été dans les gouffres de l'enfer, introduite par un ange. C'est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande.
Genres de supplices que j'ai vus :
•    le premier supplice qui fait l'enfer c'est la perte de Dieu ;
•    le deuxième - les perpétuels remords ;
•    le troisième - le sort des damnés ne changera jamais ;
•    le quatrième supplice - c'est le feu qui va pénétrer l'âme sans la détruire, c'est un terrible supplice, car c'est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ;
•    le cinquième supplice - ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ;
•    le sixième supplice - c'est la continuelle compagnie de Satan ;
•    le septième supplice - le désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes.
Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n'est pas la fin des supplices. Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens. Chaque âme est tourmentée d'une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l'autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m'avait soutenue.
Que chaque pécheur sache : il sera torturé durant toute l'éternité par les sens qu'il a employés pour pécher.
J'écris cela sur l'ordre de Dieu pour qu'aucune âme ne puisse s'excuser disant qu'il n'y a pas d'enfer, ou que personne n'y a été et ne sait comment c'est. Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j'ai été dans les gouffres de l'enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l'enfer existe.
Je ne peux en parler maintenant [en 1936], j'ai l'ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l'ordre de Dieu les obligeait à m'obéir. Ce que j'ai écrit est un faible reflet des choses que j'ai vues. J'ai remarqué une chose : qu'il y a là-bas beaucoup d'âmes qui doutaient que l'enfer existe.
Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c'est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j'appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu'à la fin du monde dans les plus grands supplices que de T'offenser par le moindre péché. »

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site