Marcel Van

 

 

 

Marcel Van est un jeune Vietnamien (1928 - 1959). Sa cause de béatification est actuellement en cours. Il fut rédemptoriste. Durant sa vie, il a eu des dialogues avec sainte Thérèse avec Jésus et avec la Vierge Marie. Il fut un apôtre de l'amour qui a poursuivi l'enseignement de la petite voie donnée par Thérèse.

Van est né le 15 mars 1928 à Ngam Giao, non loin d’Hanoï, au Vietnam. Après six années de bonheur dans sa famille, il accepte d’abandonner les siens afin de se préparer à devenir prêtre. Il a sept ans lorsque sa mère le confie à l’abbé Nha curé de Huu-Bang.
 

Dans cette cure, il découvre toute la faiblesse des hommes. Sans se décourager il garde intact son idéal, s’efforçant de faire aimer Dieu. Durant ces années très dures, il est sans cesse tourné vers la Sainte Vierge qui est son seul réconfort. A deux reprises il fuit la cure, et mène la vie d’un enfant des rues durant plusieurs semaines.

La nuit de Noël 1940, Van comprend que sa mission consiste à changer la souffrance en joie. 


 



En 1942 Van est admis avec ses deux meilleurs amis au petit séminaire Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Langson. Là, il lit l’Histoire d’une âme et, envahi par une grande joie, découvre qu’il peut lui aussi devenir saint. Quelques semaines plus tard, dans la montagne où il est parti gambader, après avoir choisi Sainte Thérèse de Lisieux comme soeur spirituelle, il a la surprise d’un long entretien avec elle, premier d’une longue série.


En octobre 1945, il est admis chez les Rédemptoristes de Hanoï. Le père Antonio Boucher, son directeur spirituel, l’encourage à écrire sa vie ainsi que les dialogues qu’il a avec ses interlocuteurs célestes. Confident de Van tout au long de sa vie, le Père Boucher le guide sur le chemin ou Jésus l’a engagé.


Après la séparation du Vietnam en deux, en 1954, Van retourne au Nord devenu communiste pour "qu’il y ait au moins une âme pour aimer le Bon Dieu." Arrêté quelques semaines plus tard, il meurt en prison le 10 juillet 1959 consumé par l’Amour. Cet Amour plus fort que la mort (Ct 8, 6).

 

 

Décoration fleur

 

 

 

 

Jésus brebis égarée

 

PUISSANCE DE L'AMOUR

barre

 

JESUS : Van sort vite pour regarde l’avion. Tu vois comme il est rapide ? Pourquoi cette rapidité ô mon enfant ?
Van balayait alors un corridor, tout en travaillant, écoute je vais t’expliquer : Si l’avion peut voler si vite c’est parce qu’il y a du feu qui brule  à l’intérieur. Plus il y a du feu, plus l’avion est léger, plus il s’élève vers les airs….


Tu es toi aussi  comme cet avion mais pour allumer le feu, tu n’as pas besoin d’essence, il suffit de te rappeler l’AMOUR DE MON CŒUR qui brûle en ton âme et elle s’envolera tout droit au ciel… Peu de temps encore et elle reposera dans mes bras…et là, elle n’aura pas besoin de voler plus loin ; ayant atteint son terme, elle y demeurera fixée à jamais, pour être consumée dans le Feu de l'Amour.


Rien d’étonnant que (ta sœur Thérèse) de l’enfant JESUS t’aie dit : «  auparavant  le moteur de nos facultés c’est l’AMOUR. »
Il en est  également pour les autres âmes : plus elles brûlent intérieurement du Feu de Mon Amour, plus vite elles s’élèvent vers les hauteurs.


JESUS : Petit enfant de Mon Amour. C’est toujours sans mesure que J'aime. Mon amour pour toi et pour les âmes est encore caché; il ne m'est pas possible de le  manifester entièrement en ce monde. Il n'y a que le jour où l'on verra L'Amour, où l'on sera uni éternellement à l'Amour, qu'on pourra arriver à Le comprendre clairement...


Thérèse ne t’a-t-elle pas enseignée que «  seul Mon Amour demeure éternellement » ? Mon enfant, quand je veux te donner un baiser, je dois d'abord comprimer mon amour avant d'oser te le donner…
Si, en te donnant ce baiser j’y mettais tout Mon Amour en un clin d'œil, ton amour pour moi se perdrait dans les profondeurs de Mon Amour, de sorte que tu ne pourrais plus rester ici pour écrire les paroles que j'adresse aux âmes. Quand je te donnerai ce baiser, ce sera le dernier. Et cela ne pourra se produire que le jour où il me plaira d'unir à jamais ton amour et le Mien en un seul Amour.


Ce dernier baiser sera en réalité le premier baiser donné à mon épouse quand je viendrai à sa rencontre.

JESUS : Puisque l’Amour t’a gardé et t’as enveloppé déjà, il ne te reste plus maintenant qu’à laisser à l’Amour toute liberté dans ses relations avec toi. JE ne fais qu’un avec toi, comme tu ne fais qu’un avec Moi et nous reposons ensemble dans les bras de Marie…Van, désormais, impossible pour toi de sortir de l’Amour. Petit frère, tu seras éternellement submergé dans L’Océan de l'Amour où tu pourras certainement entraîner à ta suite un grand nombre d’âmes.

Oh ! Van, quel bonheur pour toi…La petite Thérèse a bien raison de t’appeler son petit frère, moi-même je reconnais qu’il en est vraiment ainsi. Mais voilà que tu as honte ? Oh ! tu es tout rouge… Assez ! Jamais plus je ne parlerai de la sorte, plus tard au ciel ; je ne craindrai plus alors de te faire rougir…


JESUS : Petit enfant de mon amour, sais-tu pourquoi Madeleine se tenait ainsi ravie à Mes pieds et trouvait tant de plaisir auprès de Moi qu’elle oubliait même de venir en aide à Marthe sa sœur ?...


Mon enfant, écoute. La raison, c’est qu’à ce moment là, JE ne lui adressais que des Paroles d'Amour, comme Je le fais actuellement avec toi. Madeleine en était tellement charmée qu’elle oubliait même les reproches de sa sœur. Mais à supposer qu’elle n’eut pas été alors au comble de la joie, elle se serait immédiatement querellée avec sa sœur.


Cependant,  vu que Mes  paroles l’avait rendue comme hors d’elle-même, elle ne se rendait pas compte de ce que lui disait sa sœur et se contentait de sourire…comme tu l’as fait toi-même, Mon enfant, quand Je t’ai demandé si tu voulais être Mon épouse…
Oh! Mon enfant, ton rôle à toi c’est d’être l’apôtre de MON AMOUR, pour celà tu ne dois pas te contenter d’écouter Mes paroles, tu dois encore les écrire pour le bien des âmes. Il faudra te donner un peu de peine, il est vrai, mais puisque tu M’aimes, sacrifies toi tout entier pour Mon Amour…

Si Madeleine, tout en m’écoutant, avait écrit ce que Je disais, QUE DE PAROLES D’AMOUR AURAIENT ÉTÉ COMMUNIQUÉES AU MONDE.
Mon enfant, c’est pour cela que J’ai parlé à ta sœur Thérèse en ces termes. Ce n’est pas d’un seul coup, mais peu à peu que se manifeste Mon Amour… Oui, Mon enfant il en est bien ainsi. Dans les manifestations de Mon Amour aux hommes,  Je dois garder une certaine mesure. Si Je dépasse tant soit peu cette mesure,  ils n’y comprennent rien…

Mon enfant, MON AMOUR EST SANS MESURE mais bon nombre d’âme ne le croient pas…


Mon enfant, tu sais combien JE SOUFFRE DE CETTE ATTITUDE… Après toutes les marques d'Amour que je leur ai données, les hommes n’ont pas encore bien compris ; ils ont même osé douter de Mon Amour…
Mon enfant, MON AMOUR RESTE TOUJOURS SANS LIMITE, dit le bien aux âmes… Oui, contrairement à ce qu’on pense, MON AMOUR RESTE TOUJOURS SANS LIMITE. PETIT ENFANT DE MON AMOUR, SI JAMAIS MON AMOUR POUR LES ÂMES CESSAIT D’EXISTER, SE SERAIT LE SIGNE QUE MOI-MÊME J’AI CESSÉ D’EXISTER.


CETTE VÉRITÉ, JE l’ai rappelée bien des fois déjà mais chaque fois j’en vois qui doutent de Mon Amour. J’EN SOUFFRE BEAUCOUP, et je m’en plains auprès des âmes qui m’aiment sincèrement…


Van : Oh !L’AMOUR ! L’AMOUR englobe tout : La joie, la tristesse,  le sommeil, les amusements, le manger, le rire, la parole, la plaisanterie, tout peu être considéré comme ayant sa valeur, son mérite dans l’amour. J’AIME JESUS et parce que je l’aime tout ce que je fais est amour. 


(N.I : Note intérieur)O MERE, JE VAIS MONTER AU CIEL AVEC TOI SUR LES AILES DE L’AMOUR. 

(N.I : Note intérieur)Van : Je parlerais à la radio de l’AMOUR afin que ma voix porte non seulement jusqu’au bout de l’horizon mais encore au fond du Cœur des hommes.

 

 

AMOUR ET PURETE

barre

 


JESUS : Bien malheureuses sont les âmes qui ne brûlent pas de Mon Amour car s’il leur arrive de commettre des fautes, ces fautes ne cessent de s’accumuler en elles. Au contraire dans les âmes enflammées d'amour pour Moi, je ne vois aucune imperfection car dès qu’elles ont commis une faute, elle est immédiatement CONSUMÉE DANS LE FEU DE MON AMOUR de sorte que ces âmes sont toujours PURES DEVANT MES YEUX…CES ÂMES ME SONT TRÉS CHÈRES; JE LES CACHE TOUT AU FOND DE MON CŒUR LES CONSIDÉRANT COMME  DES JOYAUX QUI M’APPARTIENNENT ET RIEN NE PEUT ÉTEINDRE EN ELLES LE FEU DE MON AMOUR.


JESUS : L’âme qui brûle intérieurement du Feu de Mon Amour est toujours à Mes yeux toute blanche de pureté…


JESUS : Dès qu’une âme possède un peu de véritable Amour pour Moi, elle attire en elle TOUT LE FEU DE L’AMOUR QUI BRÛLE DANS MON CŒUR, et ainsi transformée en un foyer ardant, elle est consumée et purifiée… Elle devient alors si intimement unie à Mon Coeur qu'elle ne forme plus qu'un seul Coeur avec Moi. Impossible donc de me séparer jamais de ce coeur si étroitement soudé au Mien. Peux-tu comprendre mon enfant l’immense amour que je porte à ces âmes ? 


JESUS : Van,  il y a bien des petites choses ordinaires auxquels les gens ne  pensent pas et qu’ils pourraient M’offrir pour Me faire plaisir. Au regard de l’Amour ces petites choses bien loin d’être ordinaires SONT TRÈS PRÉCIEUSES. Cependant une chose  M’attriste, c’est que ces choses ne savent pas M’aimer et qu’il ne se trouve personne pour M’AIMER EN ELLES, personne pour me les offrir. Désormais,  petit frère rappelle-toi que Mon Amour se cache dans les poussières et les grains de sables, attendant que tes paroles d’amour viennent m’y consoler. En M’aimant dans ces petites choses ordinaires, tu M’aimes également dans les âmes qui ne veulent pas encore M’appartenir. JE reçois des consolations même de ces âmes puisque j’y trouve ton amour… 


Van : JESUS, sais-tu  ce qui se passe actuellement dans mon Cœur ? Si tu avais à subir le même sort que moi ton petit ami qu’est ce que tu ferais ?


O Mon ami de cœur je ne sais vraiment pas comment m’exprimer pour te faire connaître l’état ou m’a jeté le désir immense de te voir. Ce désir est devenu pour Moi une blessure grave et je ne puis rien faire pour en diminuer la douleur. Ma Mère Marie et Ma sœur Thérèse, n'y peuvent rien non plus ; même Mon Père spirituel ne sait quel remède appliquer à cette blessure grave. J’entends bien des paroles de consolation, mais elles n’ont d’autres résultats que d’augmenter ma douleur. Que faire maintenant ?Mon bien aimé, je désire plus te voir que jouir des délices du Ciel. Ma blessure est grave et à chaque instant, à chaque battement de mon coeur à chacune de mes respirations, cette blessure s’aggrave encore. Oh ! Mon JESUS c’est de TOI SEUL que j’attends la guérison de cette blessure d’amour. Oui, TOI SEUL ô JESUS est capable de me guérir de cette blessure. Pourquoi cela ô JESUS ? Puis-je avoir la certitude que tu m’emmèneras bientôt avec TOI ? Comment tolérer que Tu me laisses toujours avec cette impression que j’ai été trompé ? Ou si j’ai été trompé, ô JESUS, je t’offre quand même  tout cela afin que les âmes qui ne croient pas au Ciel puissent quand même y entrer comme celles qui ont cru…

MON BIEN AIME, je ne sais si Tu comprends ce que je viens de dire ; cependant daigne Te souvenir que je porte au cœur une blessure grave qui m’a été infligée par mon ardent désir de TE voir.


 

 

 

agonie

 

 

 

AMOUR ET SOUFFRANCE

barre

 


MARIE : ô Mon petit Van es tu triste ?

Van : oui Mère je suis bien triste.

MARIE : allons qu’est ce qui t’attriste ainsi ? Dis le moi.

Van : Je suis triste parce que JESUS est endormi et m’a complètement oublié. Il ne s’intéresse plus à moi, IL ne daigne même plus me parler. Et Toi ô Mère Tu as fait la même chose gardant le silence avec moi depuis l’autre jour. Et ma sœur Thérèse a fait pire encore, elle m’a abandonné moi son cher petit frère ne faisant plus aucun cas de moi…

Je voudrais bien répéter souvent : « JESUS JE T’AIME » mais j’éprouve un tel dégoût que je ne puis le faire. J’ai aussi beaucoup de répugnance à réciter le : « Je Vous salue Marie ». Je puis bien dire Marie je t’aime mais dès que je récite le « Je Vous salue Marie » j’éprouve un immense dégoût, parfois même je ne sais ce que je récite. J’en suis réduit à répéter toujours « Je Vous salue Marie » sans jamais terminer cette prière.


O ma Mère Marie, je t’aime beaucoup, veuille me pardonner n’est ce pas. Quand je serai au Ciel je pourrai t’aimer davantage, n’est ce pas, ô Mère mais de continuer à vivre sur cette terre je trouve cela bien pénible Ô Mère…Je devrai encore souffrir beaucoup : je Te prie d’avoir pitié de moi.

MARIE : Petit Van Mon enfant, si je  te donnais aujourd’hui un peu plus de joie serais-tu content de l’accepter ? Jamais Je n’aurai le courage de t’abandonner toi Mon enfant privilégié. Ô Mon enfant si tu ne sens pas la ferveur de ton amour, il ne faut pas t’en préoccuper. En effet que t’a enseigné ta sœur Thérèse ? Et moi petit Van que t’ai-je rappeler à ce sujet ? Reste tranquille ta bonne volonté suffit : les souffrances que tu endures présentement sont la meilleure preuve de ton Amour pour JESUS. Et si tu ne sens pas cet Amour c’est que tu l’as déjà offert tout entier à JESUS. Il en est de même pour moi, je ne te fais pas de reproches si tu n’éprouves à m’aimer aucune ferveur sensible car la ferveur sensible et l’Amour sont deux chose différentes. Lorsque tu éprouves de la joie à aimer c’est ce qu’on appelle la ferveur de l'amour, en revanche si en aimant  tu n’éprouves que du dégoût et de la tristesse sans rien ressentir de la ferveur de ton amour mais que néanmoins tu gardes au coeur le désir d’aimer coûte que coûte quitte à mourir c’est là aimer de tout son cœur et de toutes ses forces.

 Van : Ô Marie ces jours-ci je ne sais plus quoi Te dire mon âme est vraiment comme un abîme rempli de souffrances et mon cœur comme une terre inculte… Cette terre recevait autrefois les chauds rayons du soleil de l’AMOUR mais elle est actuellement couverte d’un nuage qui la soustrait à l’influence de ces rayons ; elle ne reçoit plus qu’un peu d’air tempéré  provenant du soleil de l’Amour. Le paysage de mon âme présente en ce moment un aspect bien triste. Elle ne mérite plus le nom de  parterre; le seul nom qui lui convienne c’est celui de terre inculte que nul ne veut regarder.

Hélas ! Ô MARIE, Tu sais qu’autrefois mon âme n’était vraiment qu’une terre inculte mais transformée par la main de JESUS  elle est devenue ensuite son parterre. Son lieu de repos et de promenade mais voilà que maintenant JESUS s’est éloigné de Son parterre le laissant prendre de nouveau l’aspect d’une terre lointaine.

Cependant, Ô MARIE, je ne m’attriste nullement  de cette situation  car je sais bien que mon âme   quoique devenue terre inculte porte toujours l’empreinte des pas de Mon bien aimé. Cette empreinte reste pour mon cœur un sujet de consolation ; même si je ne peux plus voir l’Amour en personne je puis du moins voir les traces de cet amour et cela me suffit. En effet, selon la parole de ma sœur Thérèse, si j’aime JESUS ce n’est pas pour la consolation d’être aimé en retour.

Aujourd’hui vendredi saint, je suis en retraite, quand je médite sur Ta Passion, je suis ému et j’ai soif de reproduire cette Passion dans ma vie.Ô JESUS que ne m'est-il donné de mourir aujourd’hui. De mourir comme Toi par AMOUR d’un mort que tous les siècles n’arriveront pas à décrire dans toute sa réalité. Seul un amour infini peut comprendre la mort infamante que Tu as subie en ce jour. Quand à moi, ayant la faveur d’être ton ami je soupire après une mort comme la tienne afin de pouvoir dire : nous nous aimons l’un et l’autre et nous sommes mort l’un pour l’autre.

Van : Je ne cesse de t’aimer TOI SEUL Ô JESUS, la petite fleur que je suis n’existe que pour être offerte à Toi seul, afin que Tu puisses la froisser, t’amuser avec elle, la contempler. O JESUS je ne goûte plus la moindre joie, vraiment tout me paraît difficile et la seule joie qui me reste c’est celle que je goûte en récréation avec les frères deux fois par jour. Et dire que cette tristesse, ce dégoût vont se prolonger jusqu’au Tet. Oh ! Petit JESUS je Te souhaite de continuer à dormir en paix au milieu des soupirs d’Amour que je t’offre tous les jours et je suis certain qu’il t’est bien agréable de dormir parmi ces modestes fleurs. Marie ma Mère, cache mes tristesses au petit JESUS ne permets pas qu’IL les voit, d’accord ! Fais que j’aime toujours dans la joie. Et toi ma soeur Thérèse vient aussi à mon aide. 

JESUS : Ô Mon enfant je te sers bien fort contre Mon Coeur jusqu’à ce que vienne l’heure de la séparation ou Mon amour devra se faire violence pour s’éloigner de toi. Ô Mon enfant ne pleure pas avant le temps, écoute Moi parler et essuie tes larmes et ne t’inquiètes pas car Je ne suis pas encore parti. Je n’ai fait que te prévenir à la manière des amants dans le monde qui se communiquent d’avance les évènements joyeux ou tristes qu’ils pressentent. Ainsi averti quand l’heure sera venue tu seras plus attentif. Mon enfant, quand ce moment sera arrivé, les paroles que je t’adresse ici, bien loin d’accroître la joie, ne feront qu’ajouter à tes souffrances, retiens bien ceci ce n’est pas à toi seul que se manifeste Mon Amour mais encore aux âmes et c’est en vue des âmes que Je te donne ces marques d'Amour.


Mon cher enfant,  tu auras alors l’impression que ton cœur est séparé du mien mais il n’en sera rien. Mon Coeur restera uni au tien et le Feu de Mon amour, sans brûler au-dedans t’enveloppera si bien extérieurement qu’absolument rien de mauvais ne pénètrera jusqu’à toi.

Petit enfant de Mon Amour, ne crains rien, l’Amour que je t’enverrai avec la souffrance, c’est ton directeur de conscience, suis-le les yeux fermés. Jamais Mon pilote ne permettra que Mon avion aille s’écraser dans l’abîme. Ô Mon enfant de Mon Amour, Je voudrait bien t’épargner la souffrance mais il me force à te traiter comme Je le fais.

Ô Mon enfant,  à Mon retour quand Je te verrai, le cœur vide et solitaire, que de baisers tu recevras non seulement de Ma part mais encore de la part des prêtres que j'aurai conquis à Mon Amour !


Mon enfant ces baisers t’apporteront peu à peu un dernier baiser, le premier que je te donnerai et qui te plongera dans le Feu de Mon Amour, personne ne pourra jamais plus t’arracher.

Van : ômon JESUS je t’aime beaucoup comment se fait-il que les paroles que Tu viens de me dire m’aient ému à ce point. J’en ai versé des larmes et la cause de mes larmes ce n’est pas la peur de la souffrance mais bien Tes paroles toutes empruntes d’intimité. Je sais bien que jamais Ton Amour ne se résignera a s’éloigner de moi  pour longtemps. Connaissant ma faiblesse et ma grande misère je ne puis m’empêcher d’en être bouleversé, cependant j’ai aussi la certitude qu’il me reste Ton Amour qui toujours m’enveloppe.

ET LE FEU DE CET AMOUR M'ENVELOPPERA ETERNELLEMENT, OUI ETERNELLEMENT


Van : Ô Mère, pourquoi la mort ne m’emporte t’elle pas ? Je suis encore emprisonné et retenu par tant de liens d'amour. J’aime JESUS, j’ai un ardent désir de Le rencontrer mais LUI, IL est de jour en jour plus loin, Il évite ma présence, pourquoi en est-il ainsi ? La chose m’attriste mais je ne puis exprimer ma tristesse. Souvent lorsque cette tristesse est à son comble, le démon en guise de consolation me parle en ces termes : « laisse de côté l’Amour de Jésus, ne pense plus à Lui alors tu trouveras la joie et la paix ». Parfois je suis assez stupide pour penser qu’il dit la vérité mais de fait il m’est impossible de céder à cette tentation parce que mon cœur est ancré en JESUS et n’a d’inclination que pour LUI SEUL. Il s’ensuit que le démon me déteste et n’a plus envie de me consoler alors il manœuvre de façon à accroître ma tristesse et à me jeter dans le découragement. 

 Ô MERE, Il n’y a dans ma vie aucun moment de tranquillité. Souvent j’ai des désirs fous comme celui de mourir au plus vite, mais quand cela est passé j’en suis très honteux et dans ma confusion je voudrais effacer les lignes que j’ai écrites. Cependant je ne l’ose pas car mon directeur spirituel me l’a défendu, me disant : « quant tu écris quelque chose laisse-le tel quel sans rien n’effacer ni déchirer. Il est très sévère sur ce point et je dois lui obéir. Cependant je me propose bien tant que je serai sur terre de faire tout mon possible pour lui cacher ces choses, sur cela j’aurais bien honte. Je dis JESUS je t’aime mais en disant ces paroles mon cœur reste sec comme une tuile sans aucun sentiment d’amour, j’en suis très honteux. Non seulement je souffre de cet état de sécheresse mais je m’enfonce chaque jour d’avantage dans la nuit profonde. J’ai un ardent désir du ciel mais je vois que le ciel est de plus en plus loin, j’ai même l’impression qu’il n’existe pas.


JESUS : ACCEPTE DONC LA SOUFFRANCE AVEC JOIE. Chez Mes apôtres et Mes épouses, il n’y a rien qui ne Me plaise, qui ne Me comble de joie comme l’ACCEPTATION JOYEUSE DE LA SOUFFRANCE PAR AMOUR. Si donc tu veux Me faire plaisir, agit toujours ainsi et Je t'aimerai et tu n’auras pas à craindre que Je ne t’abandonne jamais.

JESUS : regarde ce qu’il y a sur Mon Coeur, ces fleurs que tu voies se sont tes larmes versés l’autre jour qui les ont produite.

JESUS : ici bas ce n’est pas le lieu où te faire goûter aux douceurs, ce n’est pas non plus le lieu où tu peux trouver LA LUMIERE mais bien le lieu où J’enveloppe ton cœur de ténèbres, où je fais monter à ta bouche l’amertume. Petit frère, dans la sincérité de ton âme, tu connais la beauté de l’Amour et tu dois comprendre aussi qu’aucune beauté ne s’acquiert sans passer pas le labeur, la difficulté. Aimer, vouloir apprendre à aimer d’un amour sincère, cela ne va pas sans souffrance. Quant à l’Amour frivole qui se contente de paroles accompagnées seulement de l’un ou l’autre geste extérieur c’est un amour trompeur. Petit frère toi qui as compris ce qu’est l'Amour, soit courageux et agis de façon à donner à ton amour toute sa beauté, tu aimeras éternellement. 







↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site