Evangile de Barnabé

evangile-barnabe.png

Le pseudo évangile de Barnabé

 

Il s’agit d’un ouvrage appelé Evangile selon Barnabé dans lequel un nombre considérable de scholars musulmans ont pensé retrouver l’Evangile authentique, celui qui aurait existé jadis, avant le Coran. Cet ouvrage fut publié en 1908. Il se répandit ensuite dans de nombreux pays musulmans, (Indonésie, Pakistan, pays arabes, Afrique subsaharienne, Afrique de l’Est).

Tout commença vers les années 1700. A ce moment, en Hollande, un humaniste tomba sur un manuscrit rédigé en italien, contenant un texte qui se présentait comme un Evangile écrit sur l’ordre de Jésus par l’un des douze, l’apôtre Barnabé. Se demandant s’il ne s’agissait pas d’un texte qui aurait existé en Arabie à l’époque de Muhammad et que celui-ci aurait eu sous les yeux, cet humaniste s’intéressa à l’affaire. Puis tout retomba dans l’oubli.

En 1907, un pasteur protestant et sa femme éditèrent le texte italien (acquis entre-temps par la Bibliothèque Nationale de Vienne où il est encore) avec une traduction anglaise et une introduction. Celle-ci établissait de façon indubitable l’âge du manuscrit (écrit sur un type de papier avec un filigrane particulier qui commença à être fabriqué en 1575). L’âge du texte lui-même ne pouvait être fixé que par critique interne : il ne pouvait être antérieur à l’an 1300 et datait vraisemblablement du XVIe siècle. Il avait été écrit dans l’Ouest de la Méditerranée par un auteur ignorant manifestement la géographie de la Palestine.

C’était un faux écrit à la gloire de l’Islam mais dont le thème central allait contre le Coran puisque Jésus affirmait qu’il n’était pas le Messie et déclarait que Muhammad serait le Messie. Dans le Coran au contraire, Jésus est officiellement appelé Messie.

" O Marie ! Dieu t’annonce un Verbe de lui dont le nom est le Messie, Jésus, fils de Marie (Coran 3, 40/45) "

Et jamais dans le Coran, le nom de Messie n’est donné à Muhammad. Cependant, comme cet évangile offrait bien des passages en accord avec l’Islam, il fut accueilli avec enthousiasme. Il présentait des prétendues prophéties contenant le nom de Muhammad, dès le temps d’Adam. Le portrait de Jésus surtout était conforme au Coran, la question messianique mise à part.

Si un musulman parle le premier de ce pseudo-Evangile, voici ce qu’il y a lieu de répondre.

A) Le thème central de ce pseudo-Evangile va contre le Coran. Il refuse donc à Jésus d’être le Messie. Cela est si clair que le traducteur arabe a pris peur et au lieu de traduire le mot messie en clair il a seulement transcrit littéralement le mot en lettre arabe. Ce qui fait qu’il passe inaperçu aux yeux du lecteur.

B) Le texte est resté ignoré jusqu’en 1908 pour le dialogue ; il n’est donc pas indispensable.

Sur fond bleu ciel

C) Barnabé est a priori sympathique aux musulmans qui savent qu’il s’est heurté à saint Paul et qu’il l’a quitté. De là à penser que c’était pour des questions doctrinales et qu’il rejetait l’enseignement de Paul, il n’y a qu’un pas. C’est d’ailleurs Saint-Paul qui est accusé par les musulmans d’être l’un des principaux falsificateurs des Evangiles, si ce n’est le falsificateur. En fait, il était d’accord avec Saint-Marc dont nous connaissons les idées et qui pensait comme Saint-Paul. Donc la brouille n’était pas de fait d’une opposition doctrinale aussi foncière et Barnabé des Actes des Apôtres n’a jamais parlé comme l’Evangile qui a été mis sous son nom.

Avec les musulmans cultivés, ce problème peut être abordé. S’ils voyaient clair sur ce point, cela assainirait déjà l’atmosphère.

Jacques Jomier " Pour connaître l’Islam "
L’évangile de Barnabé a été édité en fac-similé, avec une traduction française et des notes par Luigi Cirillo et Michel Frémaux, sous le titre Evangile de Barnabé, Paris, Beauchesne, 1999. Dans l’introduction de cet ouvrage il ressort que nous ne possédons que deux manuscrits : un en espagnol qui se trouve dans le fonds Nicholson de la Fisher Library de Sydney en Australie et le second en italien à Vienne, faisant l’objet de la présenté édition. Selon les deux éditeurs, les deux versions ne dépendraient pas directement l’une de l’autre, mais supposeraient un texte antérieur commun. Le manuscrit italien est une œuvre composite, objet de nombreux remaniements.
Rashid Rida (m. 1935), disciple du réformateur Muhammad Abduh, fit traduire en arabe, en 1908, la traduction anglaise faite en 1907 par Lonsdale et Laura Ragg, en présentant l’ouvrage comme l’évangile authentique.

Il est possible d’approfondir le sujet avec l’article de J. Jomier " L’Evangile selon Barnabé " dans la revue MIDEO n° 6 (1959-1961), pp. 137-226. Des sites Internet musulmans se sont emparés de la question.

Il est regrettable de pouvoir constater l’ignorance totale des apologistes musulmans en matière de recherche historique.

 

Source : jesumarie.com

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site