St Gérard Majelle

Saint Gérard Majelle (Stigmatisé)

Stigmatisé du 18ème siècle

 

(1726-1755)

 

Saint Gérard était un enfant du peuple, un petit ouvrier, qui brilla dans un ordre apostolique, alors de fondation récente. La grande loi de cette famille religieuse était l'imitation de Jésus-Christ. Gérard s'appliqua énergiquement à reproduire en son âme l'image de Jésus obéissant, de Jésus homme de douleur, de Jésus ami des pauvres et distributeur des miséricordes. Bien qu'il n'eût pas été destiné aux honneurs du sacerdoce, il devint un grand convertisseur d'âmes. Il fut accepté en tant que frère laïc rédemptoriste, occupa dans sa congrégation les métiers de sacristain, jardinier, infirmier et tailleur. Dieu l'investit d'une puissance vraiment extraordinaire, et sa vie est un tissu de merveilles.

Quand le prêtre élevait l'hostie sainte, il s'inclinait profondément, le front à terre. Un matin, pressé par un élan intérieur, il s'approcha avec les autres fidèles de la Table sainte, pour recevoir l'Eucharistie; mais comme il n'avait alors que huit ans, le prêtre passa outre, sans la lui accorder. Gérard se retira dans un coin de l'église et pleura amèrement.
Ces larmes touchèrent le coeur de Jésus, qui, la nuit suivante, le fit communier par la main de l'archange Saint Michel. Ce fait est appuyé sur de tels témoignages qu'il est impossible de le mettre en doute.

Sous l'impression de ces grâces merveilleuses, l'enfant revenait sans cesse vers le sacrement de l'autel, et restait de longues heures près du tabernacle. Dès que la cloche appelait les fidèles à la visite du soir, il sortait de la maison pour aller à l'église, et y entraînait les petits camarades qu'il rencontrait. A cet amour envers Jésus-Christ, il unissait une grande dévotion envers la Madone: il faisait ses délices du chant de ses cantiques et de la récitation du chapelet.

Un jour une femme enceinte l'accusa faussement d'être le père de son enfant, il se retira en silence; plus tard, elle retira ses accusations et blanchit sa réputation, et c'est ainsi qu'il commença à être associé comme patron de tous les aspects de la grossesse. Il avait la réputation de pouvoir pratiquer la bilocation et de pouvoir lire les consciences.
Gérard se rendit un jour (ce sont les enquêtes canoniques qui rapportent ce fait) en pèlerinage au sanctuaire de la Mater Domini à Caposèle. A peine se fut-il prosterné devant l'image miraculeuse de la Vierge, qu'il fut ravi en extase. Il semblerait que la divine Mère se soit alors montrée à lui, et lui ait fait goûter à l'avance les joies éternelles dans l'endroit même où, plus tard, il devait mourir et prendre son vol pour le ciel.
Il laissa son dernier testament sur une petite feuille de notes dans sa cellule : «Ici la volonté de Dieu est faite, comme Dieu le veut, et aussi longtemps que Dieu veut.»

Gérard mourut de tuberculose le 16 octobre 1755 à Caposele en Italie. Il était âgé de trente ans. Gérard fut béatifié le 29 janvier 1893 par le pape Léon XIII, et il fut canonisé le 11 décembre 1904 par le pape saint Pie X.

 

Les Stigmatisés Accueil

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site