De l'Exorcisme à Saint Michel

pape-leon-xiii.jpg

DE L'EXORCISME A SAINT MICHEL
DE LEON XIII

HISTORIQUE

 

13 octobre 1884

 

À la fin de la célébration de la Messe, le Pape Léon XIII eut une vision terrifiante de l'enfer dans laquelle il entendit la voix de Satan qui menaçait de détruire l’Église.
Profondément troublé, le Pontife composa une prière spéciale en l'honneur de Saint Michel et ordonna qu'elle soit récitée à la fin de chaque célébration Eucharistique. Cette prière continua à être récitée jusqu'au 29 septembre 1964, quand l'instruction Inter oecumenici (n° 48, § j.) décréta "...Les prières léoniennes sont supprimées...".
Au cours du Regina Caeli du 24 avril 1994, le Pape Jean-Paul II insiste pour que les fidèles récitent, à nouveau, chaque jour la prière à Saint Michel composée par Léon XIII

 

AVIS IMPORTANT


Certains sites diffusent l'information selon laquelle il serait interdit aux laïcs de prier l'Exorcisme à Saint Michel, se référant à la lettre rédigée le 29 septembre 1985 par le Cardinal Ratzinger, alors Préfet de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, or cette information est incomplète et de fait mal interprétée.
En effet, les injonctions du Préfet aux Ordinaires furent exprimées afin de remédier à aux dérives observées dans certaines situation bien précises et dont il précise la nature : les réunions de prières dans « certains milieux ecclésiaux » (de type Renouveau Charismatique où sont pratiquées des exorcismes sur des personnes ou dans le cadre d'interventions privées).


CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI
Lettre
29 septembre 1985

Excellence,

Depuis quelques années, dans certains cercles ecclésiaux, se multiplient les réunions de prière qui visent à obtenir la délivrance de l’influence des démons, même s’il ne s’agit pas là d’exorcismes proprement dits; ces réunions se déroulent sous la conduite de laïcs, même si un prêtre est présent.
Puisque l’on a demandé à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ce qu’il faut penser de ces faits, ce dicastère pense qu’il est nécessaire de porter à la connaissance de tous les Ordinaires la réponse suivante:
1. Le canon 1172 du Code de Droit Canonique déclare que personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur des possédés s’il n’a pas obtenu de l’Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse (par. 1), et détermine que cette permission ne doit être accordée par l’Ordinaire du lieu qu’à un prêtre qui se distingue par sa piété, sa science, sa prudence et l’intégrité de sa vie (par. 2). Les évêques sont donc instamment priés d’insister sur l’observation de ces prescriptions.
2. De ces prescriptions, il s’ensuit qu’il n’est pas même permis aux fidèles d’employer la formule d’exorcisme contre Satan et les anges déchus, qui est tirée de la formule publiée par mandat du Souverain Pontife Léon XIII, et encore moins d’employer le texte intégral de cet exorcisme. Les évêques doivent en avertir les fidèles si cela est nécessaire.
3. Par ailleurs, pour les mêmes raisons, les évêques sont priés de veiller à ce que – même dans des cas qui, bien qu’ils excluent une véritable possession diabolique, semblent cependant révéler une certaine influence diabolique – ceux qui n’ont pas le pouvoir nécessaire ne dirigent pas des réunions dans lesquelles on fait usage de prières pour obtenir la délivrance, au cours desquelles les démons sont directement interpellés et où l’on cherche à connaître leur nom.
L’exposé de ces normes ne doit cependant absolument pas détourner les fidèles de prier pour que, comme Jésus nous l’a enseigné, ils soient libérés du mal (cf. Mt 6,13). En outre, les pasteurs pourront utiliser l’occasion qui leur est offerte pour rappeler ce qu’enseigne la tradition de l’Église en ce qui concerne la fonction propre des sacrements et de l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie, des anges et des saints, dans le combat spirituel des chrétiens contre les esprits mauvais.
Je saisis cette occasion pour vous assurer de mes sentiments de vive estime et vous redire que je demeure votre très dévoué dans le Seigneur.

Joseph Card. RATZINGER

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19850924_exorcism_ fr.html

 

EN CONCLUSION

 

L'information selon laquelle la prière de l'Exorcisme à Saint Michel serait interdite aux laïcs qui, "dans le secret de leur chambre", la prierait afin de se protéger contre le démon est donc absolument fausse et toute accusation de « désobéissance » à l'endroit des fidèles la priant est infondée.

En revanche, l'on ne s'improvise pas exorciste et comme indiqué par le Canon 1172, il est strictement interdit aux laïcs ainsi qu'aux prêtres qui n'en ont pas expressément reçu le mandat par leur évêque, de pratiquer sur des personnes, toute forme d'exorcisme ou même de prières de délivrance.
De même, comme l'enseignait le père Gabriele Amorph, exorciste en chef du Vatican lors d'une interview, avant que de songer à quelque exorcisme, qu'il soit prié pour soi ou pour autrui*, et comme le souligne le Cardinal Ratzinger dans la présente lettre, il est essentiel de rappeler aux fidèles « la fonction propre des sacrements et de l’intercession de la bienheureuse Vierge Marie, des anges et des saints, dans le combat spirituel des chrétiens contre les esprits mauvais. ».

* Dans les conditions expressément énnoncées dans le Canon 1172

Propos confirmés par deux prêtres de l'Eglise Catholique.

Commentaires (7)

1. Le Moine : Denis le petit espiègle (site web) Mer 05 Déc 2012

1
LE CHAPITRE X
L’INFLUENCE DE L’ESPRIT SAINT
Nous sommes heureux de venir devant Dieu encore une fois pour reprendre une
étude de sa parole. Je vous lis de Jean 16. « 1 Je vous ai dit ces choses, afin que vous ne
trébuchiez point. (De mettre un piège, traquenard devant; de mettre une pierre
d’achoppement, métaphoriquement dans le N.T.; skandalizõ, offenser, scandaliser, une
occasion de chute, tombé à cause de) 2 Ils vous chasseront (excluront, banniront) hors des
synagogues; oui, l’heure vient où quiconque vous fera mourir pensera rendre service à
Dieu. 3 Et ils vous feront ces choses, parce qu’ils n’ont connu ni le Père, ni moi. 4 Mais
je vous ai dit ces choses, afin que lorsque l’heure sera venue, vous puissiez vous souvenir
que je vous les ai dites. Et je ne vous ai pas dit ces choses depuis le commencement,
parce que j’étais avec vous. 5 Or maintenant je m’en vais à celui qui m’envoyé; et aucun
de vous ne me demande : Où vas-tu? 6 Mais parce que je vous ai dit ces choses, la
tristesse a rempli votre coeur. 7 Toutefois, je vous dis la vérité : il est avantageux
(expédient) pour vous que je m’en aille : car si je ne m’en vais pas, le Consolateur ne
viendra pas à vous ; et si (quand) je m’en vais, je vous l’enverrai. 8 Et quand il sera venu,
il convaincra le monde de (peri) péché, et de (peri) droiture et de (peri) jugement. 9 De
(peri, généralement, au sujet de, pour, concernant) péché, parce qu’ils ne croient pas en
moi. 10 De (peri) la vertu, parce que je m’en vais à mon Père, et que vous ne me verrez
plus; 11 De (peri)jugement, parce que le prince de ce monde est jugé. » (Jean 16, 1-11)
Notre leçon ce soir a affaire à l’influence du Saint-Esprit – qu’est-ce que l’Esprit
Saint fait et comment cela est fait.
L’expression “l’influence spirituelle,” avec la majorité des gens est mystérieuse
parce que cela est “spirituel,” et n’importe quoi qui est spirituel, la plupart des personnes
pensent que c’est mystique. Ça ne s’ensuit pas.
Cela est mon but ce soir d’amener devant vous l’oeuvre du Saint-Esprit; et
comment l’Esprit Saint fait cette oeuvre; de vous montrer que cela est un processus
rationnel, intelligent. L’homme est un être intelligent, et Dieu l’influence par le véhicule
des moyens intelligents; par le témoignage qui est adapté à son esprit; par l’entremise des
mots qui représentent les idées; les mots de l’Esprit pour enseigner les « choses de
l’Esprit. »
Le Christianisme se distingue de tous les systèmes humains de philosophie ou de
religion, en ce que cela offre aux hommes une dynamique spirituelle, le Saint-Esprit, qui
inspire la parole de Dieu, qui rendre chaleureuse l’Église de la froidure à l’enthousiasme,
et renforce le Chrétien dans la lutte entre la chair et l’esprit. Qu’est-ce que nous voulons
dire par “l’influence spirituelle” est simplement l’influence que l’Esprit Saint exerce;
l’influence du Saint-Esprit porte sur l’intelligence (l’esprit) et les coeurs des hommes.
2
En tant que le terme « les dons spirituels, » signifient les dons de l’Esprit, donc, la
tournure, “l’influence spirituelle,” veut dire l’influence de l’Esprit.
Comment fait le Saint-Esprit d’exercer une pareille influence? La question ne
peut pas être répondue à la lumière de la science, la philosophie, la raison, ou l’éducation.
La science et la philosophie sont aussi muettes que comme la tombe au sujet de
l’existence, la présence, la puissance, le pouvoir, et l’influence de l’Esprit Saint. Ce n’est
pas un sujet scientifique, Ce n’est pas un sujet philosophique. La science ne peut pas la
fait connaître. L’apôtre a dit, en 1 Corinthiens 2, 14, que « l’homme naturel ne reçoit
(dechomai, recevoir; accueillir; prendre; prendre pour; d’une réception favorable de
témoignage et enseignement) pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles lui sont une
folie, il ne peut non plus les connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement. »
(Anakrino, discerner; discernement; déterminant l’excellence ou des imperfections d’une
personne ou une chose). L’homme naturel est simplement l’homme de la connaissance
naturelle. L’homme naturel n’est pas “l’homme entièrement dépravé” de la théologie
Calviniste; ni l’homme qui n’est pas inspiré, comme tel, comme de temps en temps
soutenu. L’homme naturel est tout simplement l’homme qui dépend sur les moyens
naturels pour sa connaissance et l’information. Nous sommes tous les hommes naturels –
les hommes des ressources naturelles. Les choses de l’Esprit de Dieu ne sont pas pour
être reçues par les voies et les ressources de l’information naturelle.
Le scientifique est un homme naturel, mais les « choses de l’Esprit » ne sont pas
les sujets scientifiques. L’astronome est un homme naturel – il peut prendre son télescope
et regarder dans les cieux pour observer les choses d’une nature astrophysique et
astrologique. Cependant il ne peut pas recevoir par le truchement de ce moyen la
connaissance des « choses de l’Esprit. » Le géologue est un homme naturel – il examine
les roches, la strate posée sur la strate, pour établir les choses géologiques; néanmoins il
n’a pas appris les « choses de l’Esprit » par l’intermédiaire de ses ressources naturelles.
Le chimiste est un homme naturel, et découvre dans son laboratoire beaucoup de choses
par l’expérience chimique – mais le chimiste ne peut pas recevoir l’information (la
connaissance) des choses de l’Esprit par les expériences chimiques. Pourquoi? « Parce
qu’elles se discernent spirituellement » (1 Corinthiens 2, 14) ‒ c’est-à-dire, qu’elles sont
révélées par l’Esprit. « Mais Dieu nous (les apôtres) les a révélées par son Esprit » (1
Corinthiens 2, 10)
Alors nous avons un thème qui a affaire avec la révélation. Par la révélation je
veux dire la Bible. Les « choses » de l’Esprit sont les choses que l’Esprit Saint a révélées
dans la Bible. L’homme naturel est l’homme de la connaissance naturelle. Par les
ressources naturelles il ne peut pas connaître ou recevoir la connaissance des choses qui
relèvent du domaine des choses révélées - du domaine de la révélation. Les choses du
domaine révélées ne peuvent pas être établies par le domaine de la connaissance naturelle,
du renseignement naturel.
Nous nous trouvons dans le domaine de la révélation divine dans cette étude.
Suivez la Bible, et nous marchons dans la lumière; en revanche, suivez les sentiments, les
visions et les rêves, et nous divaguons dans le dédale du mystère.
3
I.
QUELQUES CONSIDÉRATIONS ANTÉCÉDENTES
Sur ce ou un autre sujet quelconque il y a quelques-unes des choses nécessaires de
savoir en qualité d’une base pour la compréhension, dans un échange de points de vue
intelligent. L’acte de bien dispenser avec droiture la parole de Dieu, la classification
adéquate des passages, est nécessaire à un tel entendement. La méprise est attribuable au
mauvais emploi des Saintes Écritures sur l’oeuvre du Saint-Esprit; l’erreur d’appliquer les
textes à tout le monde qui ne s’appliquent qu’aux apôtres, ou à une classe particulière.
Il y a des hommes qui affirment en débat que le baptême de l’Esprit Saint doive
être reçu afin de devenir ou pour être un enfant de Dieu. Cela me mettrait dans une
attitude très inconséquente de débattre avec n’importe quel homme que je crois a été
baptisé dans le Saint-Esprit. Si ces affirmations sont vraies, je serais en train de discuter
avec l’Esprit Saint, où placé dans une situation inhabituelle de débattre avec un apôtre du
Christ. Si quelqu’un est baptisé avec le Saint-Esprit à l’heure qu’il est, dans quel sens un
pareil homme serait inférieur à un apôtre du Christ?
L’homme qui prétend d’avoir le baptême de l’Esprit Saint devrait être capable de
le prouver; il devrait avoir une méthode de savoir cela, et de le montrer. Les apôtres ont
prouvé qu’ils furent baptisés dans le Saint-Esprit. Jésus leur a dit, « 19 Mais lorsqu’ils
vous livreront, ne soyez point en souci, quoi ou comment vous parlerez : car en cette
même heure il vous sera donné ce que vous aurez à dire. 20 Car ce n’est pas vous qui
parlerez, mais [c’est] l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. » (Matthieu 10, 19-20)
Voici comment la partie du texte du récit de Luc est rédigée : « « 11 Mais quand ils vous
emmèneront aux synagogues et aux magistrats et les autorités, ne vous inquiétez point
comment, ou quelle chose vous répondrez, ou ce que vous aurez à dire. 12 Car le Saint-
Esprit vous enseignera à l’heure même ce que vous devrez dire. » (Luc 12, 11-12)
Cependant l’homme qui a soutenu en débat avec moi qu’il a eu le baptême de l’Esprit
Saint, ne pouvait parler sans son manuscrit et ses notes, et il a eu de la difficulté dans ses
efforts de même citer l’Écriture Sainte qu’il voulait utiliser, et à maintes reprises à
échouer de trouver les fragments du texte dans la Bible qu’il a désiré de lire. Je lui ai dit
plutôt d’une manière sans ménagements de replier son manuscrit et mettre de côté sa
Bible, s’il avait reçu le baptême du Saint-Esprit il n’aurait point besoin ni la Bible ni ses
notes, car l’Esprit Saint en lui le dirait « qu’est-ce qu’il faut » dire et « comment » de
répondre.
Ce fut ce pouvoir qui a donné aux apôtres le moyen de prouver leurs affirmations,
le baptême du Saint-Esprit fut accompagné avec les manifestations miraculeuses par
lesquelles de le prouver et de le démontrer. Par contre quand un homme aujourd’hui
affirme simplement qu’il a le baptême de l’Esprit Saint, avec aucune démonstration de
ses pouvoirs, d’autres dont les affirmations autant d’une voix forte il ne peut pas admettre.
Les Holy Rollers, les Nazaréens, les Apostoliques, Les Pentecôtistes, les Mormons de
Missouri et les Mormons d’Utah tous prétendent d’avoir le baptême du Saint-Esprit, mais
ils ne vont pas accepter les prétentions les uns les autres. Comment nous pouvons savoir
4
qu’il (celui qui l’affirme) de l’avoir, toutefois ils (les autres qui le prétendent) ne l’ont pas.
Où est la preuve?
Ces prédicateurs modernes qui affirment d’avoir le baptême de l’Esprit Saint ne
parlent même pas comme les apôtres baptisés de l’Esprit ont parlé. Le deuxième chapitre
des Actes fourni l’exemple. Les apôtres ont donné l’ordre aux croyants le jour de la
Pentecôte de « 38 repentir et soyez baptisés, chacun de vous au nom de Jésus-Christ, pour
la rémission des péchés. » Est-ce que quelqu’un n’a jamais entendu un de ces soi-disant
prédicateurs “baptisés du Saint-Esprit” des temps modernes dirent aux pécheurs de faire
ça? Non. Parlent-ils comme les apôtres ont parlé? Non. Eh bien, s’ils ont qu’est-ce que
les apôtres l’ont eu est-ce que cela semble qu’ils devraient parler comme les apôtres ont
parlé.
Cependant nous les entendons prier pour le baptême de l’Esprit Saint. Combien
de fois est quelqu’un baptisé dans le Saint-Esprit? Combien de temps que ça dure, et
pourquoi c’est nécessaire de toujours prier pour cela? Les apôtres furent-ils baptisés dans
l’Esprit Saint plus qu’une fois? Quand est-ce que cela fut fini? Quand un homme prie
pour le baptême du Saint-Esprit, est-ce qu’il est un enfant de Dieu ou un étranger? En
Luc 11, 13 Jésus a expliqué que les enfants de Dieu demandent, pas les étrangers.
Toutefois comment se peut qu’un enfant de Dieu prie pour le baptême de l’Esprit Saint si
c’est nécessaire de l’avoir telle afin de devenir un enfant de Dieu, comme cela est soutenu.
Nous sommes commandés de prier « selon sa volonté » (D.T. probablement Luc 12, 47) –
précisément où est-ce qu’il y a un ordre pour un étranger, ou n’importe quelle autre
personne, de prier pour le baptême du Saint-Esprit?
Jésus a dit aux apôtres qu’ils seraient « revêtus de la puissance (pouvoir) d’en
haut, » (Luc 24, 49) ou « vêtu avec pouvoir » du ciel. De cette façon le baptême de
l’Esprit Saint est défini en tant qu’un “processus de surcharge (abondance)
[“overwhelming, écrasant”] dans le Saint-Esprit « d’en haut. » Si un pouvoir quelconque
est manquant, cela ne serait pas une action irrésistible. Pourtant si quelqu’un est
surabondé dans l’Esprit, il a tout ce que les apôtres du Christ ont eu. Il n’y peut pas avoir
des mesures du baptême de l’Esprit Saint, ce fut la même à tous ceux qui l’ont eu, et
égale à tous. Aucun apôtre du Christ n’a eu plus ou moins du baptême du Saint-Esprit
qu’un autre apôtre. Alors une fois de plus je pose la question : Si les hommes furent
baptisés dans l’Esprit Saint aujourd'hui dans quel sens et à quel degré seraient-ils
inférieurs aux apôtres de Jésus-Christ? L’objet du Saint-Esprit dans les apôtres fut de leur
enseigner, de leurs faire en sorte qu’ils se souviennent de qu’est-ce que Jésus a dit, de
leur guider dans toute la vérité, et de leur révéler tout le plan entier de la rédemption. Ce
fut pour cette raison extraordinaire, pas générale; et de faire une application générale des
passages des Saintes Écritures qui s’applique uniquement aux apôtres du Christ, est une
erreur fondamentale de tous ceux qui déclarent que le baptême dans l’Esprit Saint est
reçu aujourd’hui. (D.T. : mon avis est que cela fut la puissance sur eux de l’Esprit et
non pas l’Esprit littéralement en eux; plẽroõ, rempli, combler, employé
métaphoriquement; pour avoir plus de renseignements sur la doctrine du Saint-Esprit,
consultez : http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs60853 )
5
Il fut un temps où le projet entier de la rédemption fut gardé secret dans la
profondeur de l’intelligence divine. Aucune créateur de l’univers, quelle que soit sa
position ou si élevée quelle soit, ne l’a jamais conçu. Cela fut le but de l’Esprit Saint dans
les apôtres de Jésus-Christ de le révéler. « 10 Mais Dieu nous les a révélées par son Esprit;
car l’Esprit sonde toutes choses, voire même les choses profondes de Dieu … 13
Lesquelles choses nous annonçons, non point en paroles qu’enseigne la sagesse humaine,
mais avec celles qu’enseigne l’Esprit. » (1 Corinthiens 2, 10-13) Le baptême du Saint-
Esprit n’est pas une mesure donnée aux hommes. Cela appartenait à l’Esprit Saint seul,
par l’intermédiaire des apôtres du Christ, de révéler le plan de la rédemption, et de
démontrer son origine divine. À cet égard sa mission spéciale fut accomplie et ses
manifestations furent arrivées à leur terme. Si ce fut encore en application, ainsi
également doit toutes ses manifestations extraordinaires soient présentes. Car comme va
la proposition, ainsi doit être la démonstration. Étant donné que la création miraculeuses
fut préparatoire à la loi naturelle, de cette façon fut la révélation miraculeuse préparatoire
à la loi spirituelle. L’acte de faire une constitution demande les autorités
constitutionnelles. En revanche lorsque la constitution divine fut faite, jamais pour être
changée, les pouvoirs investis dans les auteurs ont pris fin.
Les caractéristiques du baptême de l’Esprit Saint sont suffisamment évidentes que
cela ne fut pas général. (1) Ce fut une promesse, ne fut pas un commandement; cela fut
reçu, non pas obéi. (2) Ce fut administré par Jésus-Christ, pas par un homme; et a
descendu du ciel; ne fut pas accompli sur la terre; cela fut pour cette raison un miracle,
pas une ordonnance. (3) Cela ne fut pas administré dans n’importe quel nom; ne fut pas
une commémoration; ce ne fut pas un monument; ce ne fut pas d’une ressemblance de
quoi que ce soit; cela ne fut pas un type, un symbole, ou une forme d’un fait quelconque
ou vérité; ce fut donc extraordinaire, et non pas un élément permanent dans l’Église.
Cependant le baptême est un ordre pour être obéi par l’homme; administré par l’homme;
au nom de Jésus-Christ, dans le nom du Père, le Fils et le Saint-Esprit; exécuté dans l’eau;
ce n’est pas monumental, et est la forme des faits de l’évangile dans l’aspect de la mort,
l’ensevelissement et la résurrection de Jésus-Christ; et par cela celui qui obéi le
commandement entre dans la nouvelle vie. (Romains 6, 1-3-5-17-23)
Quand la parole fut dans les hommes choisis par Jésus-Christ pour la révéler, la
confirmation de la parole fut nécessaire. Cela est pourquoi la démonstration miraculeuse
fut requise. Si la proposition est miraculeuse, la démonstration doit être miraculeuse; si la
proposition est historique, la preuve doit être historique. Maintenant, ce fut la prérogative
divine du Saint-Esprit de démontrer le projet de la rédemption, donc ce fut confirmé par
les pouvoirs miraculeux. N’ayant été qu’une fois confirmée, cela est placé sur la base
historique, et de rejeter les miracles du Nouveau Testament en exigeant
l’accomplissement de tels miracles en ce moment, est un rejet de toute l’histoire divine
associée à l’établissement de l’Église et l’inauguration de la dispensation de l’évangile.
« 3 Comment échapperons-nous, si nous négligeons un si grand salut, qui, ayant été
premièrement annoncé par le Seigneur, et nous a été confirmé par ceux qui l’avaient
entendu. 4 Dieu aussi leur rendant témoignage (sunepimartureõ, d’attester, de témoigner
ensemble avec d’autres; de participer, de se mettre de la partie en rendant témoignage; de
s’unir en ajoutant témoignage; Vine’s et Thayer’s) par des signes et des prodiges, et par
6
divers miracles, et les dons de l’Esprit Saint, selon sa volonté. » (Hébreux 2, 3-4) De
pareils dons spécieux furent pour des buts particuliers de témoigner à la vérité prononcée
de vive voix, de confirmer la parole parlée; ils furent les dons particuliers transmis
« selon sa volonté, » et pour cette raison pas généraux, Étant provisoires et temporaires,
ils ne furent point permanents, et par conséquent ont cessé.
II
LE SAINT-ESPRIT ET L’ÂGE APOSTOLIQUE
Les quatorzième, quinzième, et seizième chapitres de Jean constituent un entretien
en privé que Jésus-Christ a eu avec ses douze apôtres, avant qu’il parte. La promesse
qu’il a faite d’envoyer le Consolateur ne fut pas une promesse générale. Cette promesse
ne fut pas faite à tous. Cela fut une promesse aux apôtres. Il a mis en contraste le temps
parlant comme « [tandis que] je suis encore présent avec vous, » (Jean 14, 25) avec le
temps qu’il a désigné en tant que « je m’en aille [ou] je m’en vais » (Jean 14, 28; Jean 16,
7) Il a dit que cela fut expédient qu’il s’en aille, car s’il ne devrait pas partir le
Consolateur ne viendrait pas; mais s’il s’en allait; il leur enverrait le Consolateur – les
apôtres. « Que le monde ne peut recevoir » (Jean 14, 17) – personne dans le monde ne
pouvait recevoir ce Consolateur – l’Esprit Saint hormis les apôtres. Le « monde » ici ne
signifie pas l’homme non converti, l’étranger, ou le pécheur. Le « monde » ici est le
genre humain, tous les hommes à part des apôtres.
Nous avons entendu ce fragment du texte employé contre l’idée de l’opération
directe de l’Esprit Saint dans la conversion. Cela est utilisé pour prouver que le Saint-
Esprit n’accompli pas une opération directe sur le pécheur dans la conversion, parce que
Jésus a dit, « le monde » ne peut pas recevoir l’Esprit Saint. Il y a un grand nombre de
parties du texte par lesquelles de prouver que le Saint-Esprit n’exécute pas une opération
directe sur le pécheur, mais ce verset n’est pas un texte de preuve sur ce point; car les
Chrétiens ne reçoivent pas la chose signalée ici. Quand Jésus a annoncé, « Que le monde
ne peut pas recevoir, » (Jean 14, 17) il voulait dire l’humanité en générale, tous les autres
hommes dans le monde, par opposition aux apôtres. Nul autre pouvait recevoir le
Consolateur ‒ seulement les apôtres. Ce Consolateur remplacera Christ avec les apôtres.
Il enverrait le Consolateur à cause de son absence. Pendant que Jésus fut avec eux ils
n’avaient pas besoin de ce Consolateur; par contre dans l’absence du Seigneur – sans sa
présence personnelle – les apôtres auraient besoin de ce Consolateur. Pourquoi? Parce
que quand Christ fut présent il fut leur Pédagogue, mais en son absence le Consolateur
serait leur enseignant. Il leur « guiderait dans toute la vérité; » (Jean 16, 13) il leur « 13
montrerait (annoncerait) les choses à venir; » il leur « 26 instruirait, » et « 26 il leur
rappellerait le souvenir » les choses que Christ avait parlé; il leur révélerait « 13 les
choses à venir. » (Jean 16, 13) Sans le Consolateur ils pourraient oublier qu’est-ce que
Jésus-Christ avait dit. On ne pouvait pas se fier à leurs faillibles mémoires. Ce
Consolateur, le Paraclet, qui fut l’Esprit dans la mesure spéciale, promis aux apôtres, leur
conduirait, leur instruirait, leur rappellerait toute les choses que le Christ avait parlé, et
leur révélerait les choses qu’il n’a point dit.
7
Il y a deux phases de cette promesse (1) De se souvenir de tout ce que Christ leur
avait dit; et, (2) de leur enseigner et de leur instruire les choses concernant qui seraient
plus tard révélées. Ce fut l’oeuvre au double de l’Esprit Saint dans les apôtres – de leur
donner une mémoire infaillible de la chose il leur a enseigné; et de révéler à l’avenir la
vérité supplémentaire durant la dispensation de la révélation divine. Cela fut une
promesse aux apôtres uniquement. Personne d’autre, saint ou pécheur, peut recevoir le
Saint-Esprit dans la mesure de cette promesse, le Consolateur, que Jésus a envoyé à ses
apôtres, de prendre la place de Jésus avec eux.
J’attire maintenant votre attention à ce tableau, sur l’influence quadruple de
l’Esprit Saint.
La proposition I : Le Saint-Esprit a exercé une influence dans les apôtres, et sur
les apôtres, qu’il n’exerce point sur l’espèce humaine en général.
Cette influence de l’Esprit Saint est cette mesure de l’Esprit appelé le baptême du
Saint-Esprit. Son objet fut l’inspiration pleine et complète nécessaire de révéler le plan de
la rédemption à l’homme.
Le baptême de l’Esprit Saint fut l’acte d’être vêtu avec pouvoir. Jésus a dit,
« Vous soyez revêtus de la puissance d’en haut (revêtus, enduõ, de mettre sur soi, d’être
vêtu avec, est employé métaphoriquement du pouvoir) » (Luc 24, 49) Le jour de la
Pentecôte, le Saint-Esprit a descendu sur les apôtres du ciel – a tombé sur eux. Le fait que
l’Esprit a tombé, ou fut répandu, sur les apôtres a causé quelques prédicateurs de faire un
QU’EST-CE QUE L’ESPRIT SAIT FAIT
1. DANS LES APÔTRES – L’INSPIRATION – MATTHIEU 10, 19-20
E1SEIG1ER – SE SOUVE1IR DE – GUIDER – RÉVÉLER – JEA1 14, 16-
17, 26; JEA1 16, 13
2. DANS L’ÉGLISE APOSTOLIQUE – Les Dons Spirituels – 1 COR. 12
SPÉCIAUX – PROVISOIRES – PAS PERMA1E1TS – ÉPHÉSIE1S 4, 8-16 –
JUDE 3 – JACQUES 1, 25
3. DANS LA CONVERSION – PAR LA PAROLE – JEA1 17, 20
PE1TECÔTE – LYDIE – LES CORI1THIE1S – COR1EILLE – ACTES 2, 37 –
ACTES 16, 14 – ACTES 18, 8 – ACTES 10, 4
4. DANS LES CHRÉTIENS – LA PAROLE QUI HABITE À L’INTÉRIEURE –
ROMAI1S 8, 9
SOYEZ REMPLIS DE L’ESPRIT – ÉPHÉSIE1S 5, 18 – QUE LA PAROLE DE
CHRIST HABITE E1 VOUS ADO1DAMME1T – COLOSSIE1S 3, 16
’EST-QUE PAR LA PAROLE
8
argument comme ceci : Si l’action de répandre de l’Esprit Saint fut le baptême dans le
Saint-Esprit; et si l’élément de ce baptême fut l’Esprit Saint; alors « l’action de
répandre » fut le baptême. Donc, si « le processus de répandre » fut le baptême lorsque
l’Esprit fut l’élément, pourquoi peut « l’acte de répandre » ne peut pas être le baptême
quand l’eau est l’élément? Si le processus de répandre pourrait être le baptême lorsque
l’Esprit fut l’élément, pourquoi l’action de répandre n’est pas le baptême quand l’eau est
l’élément? Ma réponse est que le processus de répandre du Saint-Esprit le jour de la
Pentecôte ne fut pas le baptême dans l’Esprit. Le baptême dans l’Esprit n’a pas consisté à
la manière dans laquelle l’Esprit a descendu. Le baptême dans l’Esprit Saint est défini
dans les mots : « Vous soyez revêtus avec puissance d’en haut. » Le baptême dans
l’Esprit fut l’acte de couvrir avec pouvoir. Si les apôtres n’avaient pas été vêtus avec
pouvoir ils n’auraient pas eu le baptême du Saint-Esprit. Le processus de répandre ne fut
jamais l’action du baptême, soit l’Esprit soit l’eau, mais un acte de surcharge (accablante,
écrasante, abondante), le processus de couvrir avec pouvoir – cela fut le baptême dans
l’Esprit. Et comme formulé, le but de ça fut l’inspiration pleine et complète.
La proposition II : Le Saint-Esprit a exercé une influence dans l’Église
apostolique qui n’est pas exercée dans l’Église présentement.
Dans l’Église apostolique les apôtres ont mis les mains sur plusieurs individus et
leur ont transmis les dons particuliers. Ceux-ci furent nommés « les dons spirituels, »
parce qu’ils furent les dons spéciaux de l’Esprit. Ces dons ne furent pas généraux,
néanmoins exceptionnels. Ils ne furent pas donnés à tous, mais à quelques gens – à un
certain nombre. L’objet fut l’édification de l’Église en l’absence de la parole révélée de
Dieu. La parole de Dieu à cette époque-là fut dans l’homme, dans l’apôtre inspiré. Quand
la parole de Dieu fut ainsi dans l’homme et pas dans le livre, il fallait que le peuple
reçoive la parole de Dieu de l’homme en qui cela résidait. Les apôtres ne pouvaient pas
rester dans chaque église qu’ils ont établie. Donc, il y a eu une catégorie d’individus dans
l’Église du Nouveau Testament qui ont possédé une inspiration secondaire. Ce fut un don
transmis. Cela fut dérivé de certains apôtres, transmis par l’imposition des mains des
apôtres. À certains individus dans chaque assemblée, un nombre suffisant pour servir le
but de l’édification, dans l’absence de la parole écrite, cette mesure de l’Esprit fut
transmise. Vu que la parole de Dieu est maintenant dans le livre, nous n’avons pas besoin
des dotations particulières. Quand la parole de Dieu fut dans l’homme cela a exigé pour
un homme spécialement doté. Maintenant que la parole de Dieu est dans le livre, l’objet
de la dotation spéciale a arrêté. La raison pour ça, le but de cela, fut accompli.
Le terme « les dons spirituels » signifie simplement les dotations surnaturelles
dans l’Église apostolique, dans l’Église durant le temps des apôtres. Pareils dons furent
provisoires – non pas permanents – pourtant ont fourni pour l’ordre permanent qui n’était
pas venu jusqu’alors mais est venu un peu plus tard.
En Éphésiens 4, 8-16, Paul enseigne que telles dotations continueraient seulement
jusqu’à ce que tous soient arrivés « dans l’unité de la foi, et de la connaissance du Fils de
Dieu, à l’état d’un homme parfait (fait). » (Éphésiens 4, 13) Le mot « jusqu’à » met une
limite. Quand nous disons que cette réunion va continuer jusqu’à dimanche soir prochain,
9
ça ne veut pas dire que cela va durer jusqu’à Noël prochain. Ça veut dire qu’il y a une
limite, une durée, une limitation de temps sur cela. Ces dons devaient durer « jusqu’à »
l’unité de « la foi » est venue, ou jusqu’à « la foi » fut donnée à tous; « jusqu’à ce que
nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à
l’état d’homme fait (parfait), à la mesure de la stature parfaite de Christ. » (Éphésiens 4,
13) Tous ceci signifie tout simplement, jusqu’à la révélation de la volonté de Dieu fut
achevée dans le Nouveau Testament. Le passage ne lit pas “l’unité de foi, » mais « l’unité
de la foi. » Cela fait référence à « la foi qui a été donnée (transmis) une fois (une seule
fois, une fois pour toutes, hapax) aux saints. » (Jude 3) « De la connaissance du Fils de
Dieu » (Éphésiens 4, 13) veut dire une pleine connaissance de sa volonté révélée.
Lorsque « la foi » fut donnée, le but des dons provisoires fut servi et ils cessèrent.
En 1 Corinthiens 12 à peu près une douzaines de dons spéciaux différents sont
énumérés. Pas tous ceux dans l’Église l’ont eu, seulement un nombre suffisant pour servir
l’objet de l’édification pendant que la parole de Dieu fut en train d’être terminée et « la
foi » fut en train d’être transmise. »
En I Corinthiens 13, l’apôtre explique que quand « 10 ce qui est parfait » devrait
venir, ce qui fut « 10 en partie » devrait être aboli. Le « 10 parfait » est la volonté de Dieu
révélée parfaitement – la foi une fois donnée. Ce fut « en partie » quand la révélation fut
partielle et graduelle. La révélation n’arriva pas tout d’un coup. Un apôtre révéla une
portion de la vérité divine; un autre apôtre révéla une autre partie de la vérité divine;
encore un autre apôtre, ou prophète, prononcerait une autre portion de la vérité divine. De
là ce fut prononcé en partie, fragmentaire, pas soudainement. Lorsque les parties furent
réunies, les morceaux ramassés, et mis dans la révélation parfaite de la parole de Dieu,
« ce qui est parfait » fut venu, pas les parties, mais l’ensemble. L’ordre provisoire alors
cessa. L’ordre permanent fut arrivé. Le treizième chapitre de Premier Corinthiens est un
traité sur la fin des dons particuliers dans l’Église. Le dernier verset a été pensé de fait
mention du ciel – « 13 Or maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, la
charité; mais la plus grande d’elles est [la] charité. » Cependant 1 Corinthiens 13 ne fait
pas allusion au ciel. Cela ne signifie pas que “la foi va être égarée de vue, et l’espoir va
être perdu dans la réalisation.” Ça parle de qu’est-ce qui demeurerait, ou resterait, dans
l’Église lorsque les dons spirituels auront arrêté. Tandis que les langues (les langues
spéciales), la connaissance (la connaissance miraculeuse), et la prophétie (les déclarations,
les paroles inspirées), devraient toutes cessées; les choses qui resteraient dans l’Église
furent la foi (représentant le système de l’évangile tout entier), l’espérance (ayant affaire
aux promesses de Dieu), et l’amour (le lien qui attache et tient les membres du corps du
Christ ensemble dans un seul lien commun) – tout ceci resterait, après l’ordre temporaire,
provisoire des dons spéciaux se sont disparus.
Les dons particuliers alors, mes amis, furent provisoires, non pas permanents. Je
veux dire par provisoire, de pourvoir pour la chose qui est permanente. Dieu a crée ce
monde par un miracle, mais il n’a pas continué de le faire fonctionner de cette manière.
Dieu a crée le premier homme par un miracle, pourtant le prochain homme fut né. Le
frère A.G. Freed avait l’habitude de dire, “Adam ne fut jamais un garçon nu-pieds, et Ève
ne fut jamais une fille de cheveux de couleur d’or, aux cheveux frisés.” Dieu a fait Adam
10
et Ève adultes, un homme adulte et une femme adulte. Cela a été le miracle, toutefois le
miracle a pourvu pour la loi naturelle.
La question est parfois posée, “Qu’est-ce qui fut le premier, le chêne ou le
gland?” Eh bien, un chêne sans le gland serait un miracle, et un gland sans un chêne
serait un miracle, et un gland sans un chêne serait toujours un miracle. Donc cela ne
change rien à l’affaire de qu’est-ce qui fut le premier – un gland sans un chêne, ou un
chêne sans un gland constituerait un miracle. Le miracle a pourvu pour la loi, c’est ça que
je veux dire par “provisoire.”
Lorsque l’Église du Nouveau Testament fut formée cela a demandé un exercice
miraculeux. L’Esprit de Dieu, en d’autres mots, a guidé les hommes inspirés, confirmant
la parole, développant le plan. Cependant comme le miracle de la création n’a pas été une
partie du monde crée, plutôt, les moyens de créer le monde – ainsi les miracles du
Nouveau Testament ne furent pas une partie de la volonté révélée de Dieu, mais
seulement les moyens de révéler la volonté de Dieu. Quand la création du monde fut finie,
l’élément miraculeux a cessé et la loi a poursuivi. Alors quand la révélation de la volonté
de Dieu fut terminée, la parole de Dieu a été transmise, et l’Église du Nouveau Testament
fut formée et développée, l’ordre miraculeux a arrêté et la loi a poursuivi. Le Nouveau
Testament est la loi et est le permanent, alors que les dons spirituels furent temporaires,
et ont été les provisoires.
Ainsi l’influence du Saint-Esprit dans les apôtres fut la mesure baptismale; et
l’influence de l’Esprit Saint dans l’Église apostolique a été la mesure des « dons
spirituels. » Laissez-nous avancer à la prochaine proposition.
La proposition III : L’influence générale du Saint-Esprit a toujours été la même
grâce à la parole de Dieu.
Le Seigneur, en Jean 17, a prié pour les apôtres dont Dieu lui avait donné, par
contre pas pour eux seulement, « 20 mais aussi pour tous ceux qui croiront en moi par
leur parole. » Oui « par leur parole. » La parole des apôtres a été pour le but de la
conversion efficace. Quoique les apôtres avaient le baptême de l’Esprit Saint et à l’Église
apostolique les mesures du Saint-Esprit ont été données – quand même, la seule influence
de l’Esprit Saint exercée dans la conversion – même quand ces mesures particulières du
Saint-Esprit existant fut la parole de Dieu, la parole parlée ou écrite de Dieu.
Le jour de la Pentecôte, Actes 2, lorsqu’ils ont « 37 entendu, » ils furent « 37
touchés de componction (ont eu le coeur bouleversé) » en leur coeur.
Dans le cas de Lydie, Actes 16, Paul « 13 a parlé, » [actuellement : nous parlions
aux femmes (Barnabas et Paul)] elle (Lydie « 14 écoutait » et son coeur a été « 14
ouvert. »
Les Corinthiens, Actes 18, « 8 qui écoutaient, crurent, et furent baptisés. »
11
Corneille, Actes 10, a envoyé pour Pierre de lui dire « 22 les paroles » (Actes 10,
22; Actes 11, 14) aux moyens desquels il devrait être sauvés.
Au Geôlier, Actes 16, Paul et Silas « 32 lui parlèrent de la parole du Seigneur. »
Il n’y a pas un seul cas de conversion, dans tout le livre des conversions (Actes),
où la parole de Dieu ne fut pas d’abord prêchée aux gens en train d’être convertis. Alors
à l’époque du Nouveau Testament, lorsque les dons spéciaux spirituels furent en
application, l’influence du Saint-Esprit dans la conversion des pécheurs a été uniquement
par la voie de la parole – par la parole de Dieu seule.
La proposition IV : L’influence de l’Esprit Saint dans les Chrétiens est la parole
qui habite à l’intérieure de soi.
Il n’y a pas d’habitation à l’intérieure de soi directe du Saint-Esprit (littéralement)
dans le coeur du Chrétien, pas plus qu’il y a une opération directe sur le coeur d’un
pécheur. Si je croyais que l’Esprit Saint avait une habitation à l’intérieure de soi directe
dans le coeur du Chrétien je ne serais pas préparer pour nier l’opération directe de l’Esprit
sur le coeur d’un pécheur. L’habitation directe dans l’âme serait une opération directe, la
différence serait seulement dans les personnes, non pas dans la chose faites ou l’action
accomplie. Si le Saint-Esprit ne fonctionne pas tout droit sur le coeur d’un pécheur, mais
fonctionne directement sur le coeur du Chrétien, la seule différence, je dis, est en la
personne et pas dans l’acte, ou l’action.
Je propose d’établir le fait que la politique de l’influence de l’Esprit Saint est bien
déterminée; et que sur qui que ce soit cela oeuvre, c’est une influence rationnelle,
intelligente. Il n’y a aucune opération directe du Saint-Esprit sur personne, saint ou
pécheur.
L’habitation intime riche de la parole de Dieu dans le coeur du Chrétien est
l’habitation à l’intérieur de l’Esprit de Dieu. Je fourni un parallèle des parties du texte
pour la prouver. Paul écrivant aux Éphésiens, a dit : « Soyez remplis de l’Esprit »
(Éphésiens 5, 18) lorsqu’ils chantèrent les psaumes, les hymnes et les chansons
spirituelles (Éphésiens 5, 19); néanmoins aux Colossiens il écrivit : « Que la parole de
Dieu habite en vous abondamment (habite : enoikeõ, est utilisé, avec une signification
spirituelle uniquement. Vine’s à la page 188, numéro 4. Thayer’s dit que c’est
métaphoriquement, d’habiter en soi et qui l’influence (pour le bien) : dans l’âme d’une
personne, de l’Esprit Saint … dans l’assemblée, de la vérité Chrétienne, Colossiens 3, 16;
à la page 217, numéro 1774) » (Colossiens 3, 16) quand chantant les psaumes, les
hymnes, et les cantiques spirituelles. Fut-il en train de conseiller différemment? Non, il
fut en train de donner le même conseil dans les mots différents.
ÉPHÉSIENS 5, 18-19
« Soyez remplis [(ou) Remplissez-vous] de
l’Esprit » - chantant en psaumes, hymnes
COLOSSIENS 3, 16
« Que la parole de Christ demeure en vous
richement » - vous enseignant et vous
12
et chansons spirituelles.
exhortant les uns les autres, par des
psaumes, et des hymnes et des cantiques
spirituels.
Aux Éphésiens il a énoncé, En chantant les psaumes, hymnes, et cantiques
spirituels, « Soyez remplis de l’Esprit. » Cependant aux Colossiens il a expliqué; En
chantant les psaumes, les hymnes, et les chansons spirituelles, « Que la parole de Christ
habite en vous abondamment. » Par conséquent l’habitation intérieure riche de la parole
du Christ est l’habitation dans l’âme de l’Esprit de Christ.
L’Esprit de Christ est fréquemment employé dans le sens du naturel du Christ,
l’esprit (nous, intelligence, pensée, esprit, etc.) Il y a un fragment du texte qui révèle, « Et,
parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans vos coeurs l’Esprit de son Fils, lequel crie :
Abba, ô Père! » - Galates 4, 6. Il y en a qui semble penser que ceci signifie l’habitation
intime directe du Saint-Esprit dans le coeur. Cependant l’acte d’envoyer de l’Esprit Saint
dans le coeur d’un enfant de Dieu est une chose, et comment cela est envoyé est une autre
chose. Dieu envoie l’Esprit dans le coeur de celui qui est son enfant. Mon fils a mon esprit,
tempérament, parce que je suis son père, et il est mon fils. Dieu nous donne l’esprit de
condition d’être fils parce qu’il est notre Père, et nous sommes ses fils. L’enfant de Dieu
a l’esprit du fils, pas du serviteur; il a l’esprit de qualité du fils; non pas le naturel de
l’esclavage. De là, parce que Dieu est notre Père, l’esprit de l’état du fils est envoyé dans
nos coeurs. Le sujet de Galates 4, 3-7, comme le verset 7 montre est la différence dans
l’esprit d’un fils et l’esprit d’un esclave. « 7 C’est pourquoi (hõste, de telle sorte que …)
tu n’es plus un serviteur (doulos, esclave, métaphoriquement), mais un fils et, si [tu es] un
fils, alors [tu es] un héritier de Dieu par Christ. » Nous servons pour cette raison dans
l’esprit de condition du fils, avec le caractère d’un héritier, qui est un fils, pas un esclave.
Ce n’est pas une habitation dans l’âme directe, mais est reçue dans la pareille méthode
que nous sommes devenus les fils – par la parole.
« Soyez remplis de l’Esprit, » et « Que la parole de Christ habit en vous
abondamment, » c’est exactement la même chose. Ce n’est que par le canal de la parole;
l’Esprit fonctionne en nulle autre méthode – seulement par l’entremise de la parole. Vous
dites que je minimise l’Esprit? Non, je magnifie la parole.
III
L’ESPRIT SAINT ET LA PAROLE
Nous avançons maintenant à la série de propositions de prouver que toute action
du Saint-Esprit sur l’esprit humain aujourd’hui est par le véhicule de la parole de Dieu.
D’abord : Chaque acte ou l’influence qui est soutenu de l’Esprit Saint dans la
Bible est aussi affirmé de la parole de Dieu.
Il est un autre tableau ici lequel va, je crois, fait cette proposition claire à vous
tous. Voici le tableau – « Le Saint-Esprit Et La Parole. »
13
LE SAIT-ESPRIT ET LA PAROLE Néhémie 9, 16; Actes 7, 51
Tout acte de l’Esprit Saint Sur l’Homme est Soutenu de La Vérité – la Parole de Dieu.
1. LA FOI – ROMAINS 10, 17
2. ENGENDRÉ – 1 CORINTHIENS 4, 15
3. VIVIFIÉ – PSAUMES 119, 50
4. ENGENDRÉ À NOUVEAU – I PI 1, 23
5. SAUVER – JACQUES 1, 21
6. NET – JEAN 15, 3
7. PURIFIÉ – I PIERRE 1, 22
8. SANCTIFIE – JEAN 17, 17
9. HABITE – COLOSSIENS 3, 16
10. CONDUIS – PSAUMES 119, 105
11. CONSOLEZ – I THESS 4, 18
12. S’ENDURCIR – HÉBREUX 4, 7
13. REND TÉMOIGNAGE – I JN 5, 6-8
14. RÉSUSSCITÉ – JEAN 5, 28-29
QU’EST-CE QUE L’ESPRIT SAIT FAIT – LA PAROLE DE DIEU FAIT
ÉGALEMET
Chaque action du Saint-Esprit sur le coeur d’un pécheur ou dans le coeur d’un
Chrétien est affirmée de la vérité et est effectuée par la parole de Dieu.
Cela est une chose commune d’entendre quelqu’un dire que la Bible déclare très
manifestement que l’Esprit Saint est en nous, oeuvre en nous et réside en nous. Cependant
la Bible déclare tout aussi clairement que les deux Dieu et Christ demeure en nous, vivent
en nous et marche en nous. L’Esprit habite en vous dans un autre sens quelconque que le
sens dans lequel Dieu et Christ font? Christ réside en nous d’une manière représentative
par la foi, a dit Paul. Et pas seulement Paul, mais d’autres auteurs du Nouveau Testament
avec lui, exposent carrément que l’oeuvre de l’Esprit Saint et la présence en nous est
représentative – par le truchement de la parole de vérité, l’évangile – simplement par
l’enseignement du Nouveau Testament. Ceci nous proposons de prouver.
Le Saint-Esprit nous donne la foi, pourtant « la foi vient donc de ce qu’on entend;
et ce qu’on entend par la parole de Dieu » ‒ Romains 10, 17; l’Esprit engendre, mais
nous sommes engendrés « par l’évangile » ‒ 1 Corinthiens 4, 15; par l’Esprit nous
sommes vivifiés, néanmoins « votre parole m’a fait vivre » ‒ Psaumes 119, 50; de l’Esprit
nous sommes nés à nouveau, mais nous sommes engendrés de « 23 la parole
incorruptible de Dieu » ‒ 1 Pierre 1, 22.23; par l’Esprit nous sommes délivrés et nous
sommes sauvés « par l’évangile » ‒ 1 Corinthiens 15, 1-2, que Jacques explique est
« capable » ‒ Jacques 1, 21.23, et Paul dit est « la puissance » ‒ Romains 1, 16 – de
délivrer; la purification (cleansing) du coeur est par l’Esprit, toutefois les disciples furent
purifiés « à cause de la parole » ‒ Jean 15, 3; l’âme est purifiée par l’Esprit de Dieu, mais
cela est rendu pur par « l’obéissance à la vérité » ‒ 1 Pierre 1, 22; avec l’Esprit nous
sommes sanctifiés, par contre cela est dans la « foi de la vérité » ‒ II Thessaloniciens 2,
14
13 – et dans « la vérité » qui est la parole de Dieu – Jean 17, 17; l’Esprit qui nous emplis,
demeure en nous par la riche habitation à l’intérieure de soi de « la parole de Christ » ‒
Colossiens 3, 16; nous sommes menés par l’Esprit, lorsque la parole de Dieu est une
« lampe » à nos pieds et une « lumière » à nos sentiers; l’Esprit rend témoignage, mais le
témoin est la vérité – I Jean 5, 6; l’Esprit est repoussé quand la parole de Dieu est rejetée
– Actes 7, 51; Néhémie 9, 16; l’Esprit nous donne la croissance lorsque nous désirons le
« lait sans mélange de la parole » et « afin que par lui vous puissiez croître » ‒ 1 Pierre 2,
2; l’Esprit oeuvre dans tous ceux en qui « la parole de Dieu, qui agit efficacement aussi en
vous qui croyez » ‒ 1 Thessaloniciens 2, 13; nous marchons par l’Esprit – Galates 5, 16 –
quand par l’enseignement de l’Esprit nous marchons par « la même règle » ‒ Philippiens
3, 16; nous sommes fortifiés « avec puissance par son Esprit, dans l’homme intérieur » ‒
Éphésiens 3, 16 – lorsque nous sommes « enracinés et édifiés en lui » et « affirmé [ou;
confirmés] » dans la foi « comme vous avez été enseignés » ‒ Colossiens 2, 7 – dans
cette « parole de sa grâce » qui est « capable » de « vous édifier » ‒ Actes 20, 32. Toutes
ces choses, et plus, sont accomplies pour nous à l’heure qu’il est, par l’Esprit et la Parole.
Néanmoins ce n’est pas tout, car même au dernier jour quand nos corps vont être
mis en existence des sépultures qui les contiennent; lorsque les fers de la mort vont
tomber en morceaux; quand les tombes de tous les morts vont se fracasser et se fendre;
quand les entraves de shéol (équivalent de : le séjour des morts) vont être mises en pièces
et se séparer; et mettre en liberté les captifs de la mort et Hadès (le séjour des morts,
hadès, cela correspond à Schéol dans l’Ancien Testament) – puis nos corps vont être
ressuscité par l’Esprit de Dieu – Romains 8, 11 – et à cette heure de résurrection « 28
tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix; 29 et sortiront » ‒ Jean 5, 28-29.
Ils vont entendre sa voix et sortiront de la tombe. Dans la résurrection l’Esprit fonctionne
par le moyen de la parole de Christ. Cela pour cette raison n’a rien d’étonnant que Paul
devrait exhorter ceux de Thessalonique qui furent affligés pour leurs morts de « consolezvous
les uns les autres par ces paroles » ‒ I Thessaloniciens 4, 18. Lorsque le Saint-Esprit
console ceux qui sont en chagrin, cela est fait par les paroles de l’Esprit, dans
l’enseignement des apôtres du Christ.
Mes amis de cet auditoire ce soir, est-ce que vous saisissiez la grande portée de
ces passages, la solide compréhension de ces déclarations inspirées? L’Esprit opère par le
canal de la parole de Dieu dans la création du monde, au commencement de l’univers;
cela fonctionne grâce à la parole de Dieu dans la nouvelle création de l’homme, dans la
conversion des pécheurs; cela opère à cause de la parole de Dieu dans son habitation
riche à l’intérieure de la nouvelle créature, dans le coeur d’un Chrétien; ça va fonctionner
par la parole de Dieu au dernier jour, quand la voix du Fils de Dieu va appeler nos corps
de la borne de charnier des régions sombres de la mort. Nous allons entendre sa voix, et
ceux qui entendent vont vivre!
L’Esprit et la Parole – il n’y a pas de double processus, ce n’est pas une chose
fait deux fois; cela est l’Esprit de Dieu et la Parole de Dieu oeuvrant conjointement,
influençant l’agent moral libre de Dieu l’homme, par le truchement de ses facultés
mentales et spirituelles de l’intelligence et l’âme par les moyens conforment à la raison
des mots spirituels. Nous vous implorons de ne pas pécher contre l’Esprit Saint en
rejetant les ouvertures du témoignage divin.
15
En deuxième lieu : L’objet ou la mission du Saint-Esprit est en lui-même la
preuve que cela opère seulement par la voie de la parole.
Le temps fut quand tout le projet entier de la rédemption fut dissimulé dans les
profondeurs de l’esprit divin, le propre esprit de Dieu, non révélé. Aucune créature, de
quelque façon que soit exaltée, n’a jamais envisagé le plan sublime du salut, caché dans
l’intelligence de Dieu et dissimulé dans les âges éternels. Maintenant, cela a été la
volonté de Dieu pour révéler ce grand et glorieux but de la rédemption par l’intermédiaire
de Jésus-Christ. Il a nommé douze apôtres, et plus tard, Paul – un autre; il les a baptisé
dans l’Esprit Saint. L’objet du Saint-Esprit dans les apôtres fut la révélation du projet de
la rédemption. Nous avons actuellement ce plan de la rédemption dans sa parole révélée.
Cela est l’Esprit Saint dans la révélation. Par conséquent, Dieu a adapté le plan du salut –
le projet de la rédemption – à l’esprit de l’homme. Ça relève de l’Esprit seul de révéler le
plan de la rédemption. Ce pouvoir a été démontré dans les apôtres par les signes et les
miracles. Le seul et unique but des signes fut de montrer, de prouver, de confirmer la
parole de Dieu prêchée par les hommes inspirés. Quand cet objet a été réalisé, la
manifestation a pris fin. Si le baptême dans l’Esprit est entré en vigueur, en ce cas ses
manifestations extraordinaires doivent aussi être entrées en application. Comme va la
proposition ainsi doit être la démonstration. Rien excepté de la puissance miraculeuse fut
suffisante; d’où le baptême du Saint-Esprit aux apôtres par qui la démonstration a été
faite.
Autrement dit, mes amis, si les hommes reçoivent le baptême de l’Esprit Saint
aujourd’hui, donc les hommes sont propres au jour où on est de faire qu’est-ce que les
hommes baptisés du Saint-Esprit ont fait à leur époque. Comme va la proposition ainsi
doit être la démonstration. Si la proposition est historique alors la preuve doit être
historique. Si un homme déclare d’être baptisé l’Esprit Saint, il devrait être apte à
démontrer. Si la proposition est une miraculeuse, en ce cas la preuve doit être
miraculeuse. Les hommes aujourd’hui qui prétendent d’avoir le baptême dans le Saint-
Esprit, et affirment le pouvoir de parler en langues – eh bien, je n’ai jamais trouvé l’un
d’entre eux jusqu’ici qui pouvait employer la bonne grammaire. Ils prétendent d’être
baptisés dans l’Esprit Saint, et d’être capable de parler en « d’autres langues » -
néanmoins ne connaissent pas leur propre langue!
Les démonstrations miraculeuses du Saint-Esprit ont été poursuivies jusqu’au
projet de la rédemption a été entièrement révélé et le canon (l’ensemble des textes de la
Bible tenus pour être d’inspiration divine) de l’Écriture sainte consignées, sur la base
historique. Un rejet des miracles de la Bible à présent serait un rejet de l’histoire ellemême.
Troisièmement : Les cas de la conversion dans le livre des Actes prouvent que
l’Esprit Saint fonctionne seulement par la parole.
Prenez les premières conversions à Jérusalem, le trois mille en Actes 2, le verset
41 et le cinq mille en Actes 3 (tout débute avec la guérison d’un homme boiteux par
Pierre et Jean [il est guéris, mais pas sauvé spirituellement] … et Actes 4, 4 mentionne
qu’il y avait cinq mille personnes). Leur conviction est l’effet d’être rendu compte de; et
16
la cause affirmée est le processus d’entendre – « lorsqu’ils entendirent ceci, » (Actes 2,
37) et « cependant beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent. » (Actes 4, 4)
L’effet fut attribuable à une cause connue – l’action d’entendre la parole. Il n’y a point de
cause connue d’avoir contribuée à la conversion de ces milliers de gens de Jérusalem à
l’exception de la vérité qu’ils ont entendu. Cela est en effet une crédulité influençable qui
peut déceler la présence de quelque cause dont on ne parle pas dans le texte, et inconnue
au narrateur inspiré des événements ayant lieu.
Prêtez ensuite attention au cas du trésorier de la Reine en Actes 8, le verset 27.
L’évangéliste « 35 lui prêcha Jésus. » L’Esprit a été présent, mais en Philippe. L’Esprit a
opéré sur l’eunuque, mais par l’entremise de la vérité prêchée par Philippe. Cela n’opère
d’aucune autre manière, étant donné que nulle autre méthode est nommée ou insinuée.
N’importe quelle persuasion que le Saint-Esprit opère directement sur le sujet de cette
conversion viendrait d’une imagination dérangée, à la place de la narration inspirée; et
Dieu ne contredit pas l’histoire divine dans les livres des Actes en envoyant les rêves
insolites aux personnes qui cherchent les moyens autres que sa parole attestée.
LES CAS DE LA COVERSIO – MATTHIEU 28, 18-20
1. LE TROIS MILLE – « LORSQU’ILS E1TE1DIRE1T CECI » ‒ ACTES 2, 37-
38
2. LE CINQ MILLE – « CEPE1DA1T BEAUCOUP DE CEUX QUI AVAIE1T
E1TE1DU LA PAROLE ‒ CRURE1T » ‒ ACTES 4, 4
3. LES SAMARITAINS – « ILS EURE1T CRU PHILIPPE – PRÊCHA1T » ‒
ACTES 8, 12
4. SIMON LE SORCIER – « SIMO1 LUI-MÊME – CRUT AUSSI » ‒ ACTES 8, 13
5. L’EUNUQUE – « LUI PRÊCHA JÉSUS » ‒ ACTES 8, 35-38
6. SAUL DE TARSE – « IL TE SERA DIT CE QUE TU – DOIS FAIRE » ‒ ACTES
9, 6; ACTES 22, 10; ACTES 22, 16
7. CORNEILLE – « DES PAROLES PAR LESQUELLES TU SERAS SAUVÉ » ‒
ACTES 11, 14
8. LYDIE – « ÉCOUTAIT – SE RE1DÎT ATTE1TIVE AUX CHOSES DO1T
PAUL PARLAIT » ‒ ACTES 16, 14
9. LE GEÔLIER – « ET ILS LUI PARLÈRE1T DE LA PAROLE DU SEIG1EUR »
‒ ACTES 16, 32
10. LES CORINTHIENS – « ÉCOUTAIE1T ‒ CRURE1T ‒ ET FURE1T
BAPTISÉS (IMMERGÉS) » ‒ ACTES 18, 8
11. LES BÉRÉENS ‒ « 11 REÇURE1T LA PAROLE – 12 BEAUCOUP DO1C
17
D’E1TRE EUX ‒ CRURE1T » ‒ ACTES 17, 11-12
12. LES DOUZE – « QUA1D ILS E1TE1DIRE1T CELA ILS FUR1T –
BAPTISÉS » ‒ ACTES 19, 5
TOUTES LES COVERSIO PRODUITES DAS LE OUVEAU
TESTAMET ONT ÉTÉ PAR LA PAROLE
Pour un autre exemple, suivez Paul à Macédoine, et lisez dans le récit d’Actes 16
les détails dans la conversion d’une vendeuse de Thyatire, qui « 14 nous écoutait » [c’està-
dire : la parole] parlé par Paul; « 14 de laquelle le Seigneur ouvrit le coeur, » et qui « 14
afin qu’elle soit attentive aux choses dont Paul disait. » Maintenant, ce précédent se
résoudre dans une question : Comment le Seigneur a-t-il ouvert le coeur de Lydie? Il l’a
fait : mais par quel moyen? Si cela a été par une opération directe, indépendante de la
parole, pourquoi faire venir Paul? Nous savons que l’Esprit fut présent, par contre parlant
par l’intermédiaire de l’apôtre, et elle a entendu qu’est-ce qui a été dit par l’apôtre. Il y a
eu une immense force motrice dans le coeur d’une femme probe – la vérité qu’elle a
entendue. Il n’y a pas l’ombre d’une preuve que l’Esprit a opéré une autre méthode
quelconque que par cela? L’expression « de laquelle le Seigneur ouvrit le coeur » peut
seulement signifier que ce fut l’oeuvre du Seigneur.
Faites le résumé de tous les cas de la conversion, en qualité de modèles,
spécimens, échantillons et paradigmes du plan du salut – ils furent tous produis par la
parole de Dieu, et dans aucune occasion n’a été par l’opération indépendante de l’Esprit.
Une pareille circonstance n’est pas mentionnée par écrit. Nous déduisons qu’un tel cas
n’a pas eu lieu.
En continuant, nous prenons le cas des Samaritains. Il y a les circonstances dans
le Nouveau Testament où il y a eu des transmissions directes de l’Esprit Saint, lesquelles
sont souvent embrouillées avec la conversion par un grand nombre de gens qui ne
peuvent pas établir une distinction entre ce qui est circonstanciel et exceptionnel, et ce
qui appartient à la loi et la conversion.
LE CAS DES SAMARITIAS ACTES 8
1. PHILIPPE LEUR PRÊCHA CHRIST – V.5
2. ILS EURENT CRU ET FURENT BAPTISÉS – V.12
3. LES APÔTRES LEUR ENVOYÈRENT PIERRE ET JEAN – V.14
4. ILS N’ONT PAS REÇU L’ESPRIT SAINT – SEULEMENT ILS FURENT
BAPTISÉS – V.16
5. ILS (LES APÔTRES PIERRE ET JEAN) LEUR IMPOSÈRENT LES MAINS –
L’ESPRIT REÇU – V.17
18
6. ILS ONT ÉTÉ BAPTISÉS –PARDONNÉS – DANS L’ÉGLISE – AVANT
QUE LE SAINT-ESPRIT SOIT REÇU – V.18
7. LES PAROLES DE SIMON – MONTRENT COMMENT L’ESPRIT FUT
DONNÉ – V.19
8. SIMON A CRU – A ÉTÉ BAPTISÉ – PARDONNÉ – DANS L’ÉGLISE –
AVANT – LES VERSETS 9.13. (ACTES 2, 38) – ACTES 8, LES VERSETS
19.20.21
9. LE BAPTÊME AU NOM DU CHRIST – POUR LA RÉMISSION DES
PÉCHÉS N’EST PAS LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT – LUC 24, 47 –
ACTES 2, 38 – ACTES 8, 12
CECI PROUVE QUE LA PROPOSITIO DE L’ADVERSAIRE EST ERROÉE
Dans le cas des Samaritains, quand l’Église à Jérusalem a entendu concernant
Philippe en Samarie, dans laquelle tant d’hommes et de femmes ont cru et ont été
baptisés, ils (l’Église, les membres) ont envoyé deux apôtres pour donner les dons
spéciaux à ces personnes baptisées. Uniquement les apôtres pouvaient transmettre les
dons spéciaux. Philippe l’évangéliste ne fut pas un apôtre, et quand il a baptisé le peuple
de la Samarie, les apôtres à Jérusalem ont envoyé Pierre et Jean, deux apôtres, de mettre
les mains sur eux afin qu’ils puissent recevoir ces dons exceptionnels. Pourquoi? Comme
déjà formulé, les dons particuliers furent nécessaires en l’absence de la parole de Dieu
pour édifier l’Église par le truchement des hommes dotés surnaturellement. Néanmoins
Philippe ne pouvait pas donner de tels dons. Les mains des apôtres ont été mises sur lui
(Actes 6, 5-6); il a eu le pouvoir d’accomplir certains signes pour confirmer la parole de
Dieu qu’il a prêché; mais il ne pouvait pas transmettre de pareils dons à d’autres. Les
apôtres seulement pouvaient le faire, simplement les mains apostoliques pouvaient
transmettre cela. N’aurait-il été inutile de faire d’envoyer deux apôtres de Jérusalem à
Samarie de faire qu’est-ce que Philippe aurait pu faire lui-même?
Toutefois ces gens sur qui Pierre et Jean ont mis les mains ont reçu le Saint-Esprit;
beaucoup de gens, y compris quelques prédicateurs, pensent que cela est un cas de
l’opération directe de l’Esprit Saint dans la conversion. En revanche regardez aux
circonstances : (1) Philippe leur prêcha le Christ, le verset 5 d’Actes 8. (2) Les
Samaritains eurent cru et furent baptisés, le verset 12 d’Actes 8. (3) Les apôtres Pierre et
Jean ont été envoyés de Jérusalem, le verset 14 d’Actes 8. (4) L’Esprit n’était pas encore
descendu sur aucun d’eux, « mais ils avaient été seulement baptisés au nom du Seigneur
Jésus, » le verset 16 d’Actes 8.
Donc, ce ne fut pas le baptême dans le Saint-Esprit du tout. Les Samaritains ont
déjà été baptisés, mais le Saint-Esprit « n’était encore descendu sur aucun d’eux. » Cela
ne fut point le baptême de l’Esprit Saint. Leur baptême a été le baptême d’eau,
évidemment. Ils furent baptisés, pardonnés, et ont été dans l’Église avant que l’Esprit
Saint soit transmis.
19
Les mots de Simon montrent comment le Saint-Esprit fut donné – par le processus
de mettre les mains apostoliques. Simon convoita ce pouvoir. Il soupira après le revenu
qu’il pensait que cela pourrait le rapporter. Il reconnaissait une occasion financière.
Simon dit à Pierre, « 19 Donnez-moi aussi cette puissance, afin que tous ceux à qui
j’imposerai les mains reçoivent l’Esprit Saint. » À sa proposition, Pierre répliqua : « 23
Car je vois que tu es dans un fiel amer (Thayer’s et Vine’s disent que cela signifie : la
méchanceté extrême) et dans les liens de l’iniquité. 22 Repens-toi donc de ta méchanceté,
et prie Dieu, que, s’il est possible, la pensée de ton coeur te soit pardonné. » Maintenant
remarquez bien – Simon a cru et a été baptisé au nom du Christ, a été pardonné et dans
l’Église, par contre n’a pas reçu le don de l’Esprit – et tout cela avant cela fut ainsi reçu
par n’importe quel de ces Samaritains. Alors le baptême au nom du Christ pour la
rémission des péchés, vous comprenez, n’est pas le baptême du Saint-Esprit. La partie de
l’Esprit Saint de ce cas fut une chose spéciale pour un but spécial, et ne dépendait pas du
plan du salut. Ça prouve que notre proposition que le baptême du Saint-Esprit n’a pas été
général; que les dons spéciaux de l’Esprit Saint ne furent pas généraux, et ne furent que
pour la distribution restreinte. Le baptême dans l’Esprit Saint ne touchait pas à la
conversion, et n’a eu nul rapport avec le baptême qui est pour la rémission des péchés. Et
le dessein de tous les autres dons extraordinaires de l’Esprit détaillés à fond en 1
Corinthiens 12 et Éphésiens 4. Ils font fonctionner uniquement jusqu’aux faits, la
doctrine et les commandements de la nouvelle alliance ont été consignés à l’écriture par
les hommes inspirés.
Maintenant, laissez-nous prendre un autre cas – le cas de Saul. Quand Jésus a fait
son apparition à Saul sur le grand chemin de Damas, Saul a posé la question, « 6
Seigneur, que voulez-vous que je fasse? » (Actes 9, 6; Actes 22, 10) Jésus lui commanda
d’aller dans la cité et « 6 et là il te sera dit ce que tu dois faire. » Saul se rendit à la ville et
Ananias fut envoyé pour lui dire qu’est-ce qu’il doit faire. « 16 Lève-toi, soit baptisé et
lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur. » (Actes 22, 16) Il s’est levé sur le
champ et fut baptisé.
LE CAS DE SAUL
QUAD EST- CE QUE SAUL A ÉTÉ REMPLI DE L’ESPRIT? ACTES 9 ET 22
1. UNE DÉCLARATION DE FAIT, PAS DU TEMPS – ACTES 9, 17
2. IL A REÇU LA VUE PAR ANANIAS, PAS L’ESPRIT – ACTES 22, 13
3. LES APÔTRES SEULEMENT POUVAIENT TRANSMETTRE L’ESPRIT –
ACTES 22, 13
4. TOUS LES APÔTRES ONT REÇU L’ESPRIT DIRECTEMENT DU CIEL –
ACTES 1, 21.22.23-25.26‒ACTES 1, 1-3
5. IL N’A ÉTÉ EN RIEN MOINDRE QUE LES APÔTRES LES PLUS
IMPORTANTS – 2 CORI1THIE1S 11, 5
20
6. SON APOSTOLAT PAS D’UN HOMME NI PAR L’HOMME – GALATES 1,
11-12
7. SON INSPIRATION A ÉTÉ DANS L’ATTENTE DE SA CONVERSION –
ACTES 22, 13-16
BAPTISÉ – PARDOÉ – EMPLIS DE L’ESPRIT.
Ça a été raisonné que Saul fut baptisé dans l’Esprit Saint – que ce baptême a été le
baptême du Saint-Esprit, parce qu’Ananias a dit à Saul, « Le Seigneur, c’est-à-dire Jésus,
qui t’est apparu dans le chemin par où tu venais, m’a envoyé afin que tu recouvres la vue,
et que tu sois remplis de l’Esprit Saint. » (Actes 9, 17) Ananias a-t-il transmis le Saint-
Esprit à Saul? Souvenez-vous que – Philippe ne pouvait pas le donner aux Samaritains,
alors qu’est-ce qui vous ferez croire qu’Ananias pouvait le transmettre à Saul? Quand
Ananias a dit, « pour que tu recouvres la vue, et que tu sois remplis de l’Esprit Saint, »
cela a été simplement une déclaration de qu’est-ce qui va avoir lieu – une déclaration de
l’avenir tout simplement – ce fut une déclaration de fait, non pas du temps. Étant un
apôtre du Christ Saul a été baptisé plus tard dans le Saint-Esprit. Le temps quand il a reçu
le baptême de l’Esprit Saint n’est pas mentionné. La chose que Saul avait besoin de faire
pour être sauvé fut de « lève-toi et sois baptisé et lavé de tes péchés. » (Actes 22, 16) La
mesure de l’influence du Saint-Esprit reçue par Saul en qualité d’un apôtre ne faisait
nulle partie du plan de l’évangile du salut qu’il a obéi pour être délivré et de devenir un
Chrétien. La déclaration au verset 17, « Et soit empli de l’Esprit Saint, » annonce
purement qu’une telle chose serait faite, qu’il serait rempli du Saint-Esprit, en revanche
cela est une déclaration du fait, pas du temps. Aux mains d’Ananias il n’a reçu que la vue
‒ pas l’Esprit. Dans le propre récit de Paul du cas en Actes 22, il explique, « Le Seigneur
Jésus qui t’est apparu par le chemin par lequel tu venais, m’a envoyé pour que tu
recouvres la vue. » Cela est la façon que Paul l’a relaté au roi Agrippa. Par conséquent
c’est manifestement tout ce qu’il a reçu lorsqu’Ananias arriva.
Le baptême de l’Esprit Saint fut de Dieu, non pas de l’homme; cela a été reçu
directement du ciel – non pas par l’acte de transmettre par l’imposition des mains. En tant
qu’un apôtre, Paul n’a pas été « inférieur en rien aux excellents apôtres; » donc il a eu le
baptême du Saint-Esprit, mais le temps et l’occasion ne sont point consignés. Son
apostolat n’a pas été de l’homme, ni par l’homme, pour cette raison il a reçu le baptême
de l

2. saintespritdeverite Dim 04 Nov 2012

En effet chère Maillou, cela est proposé pour les rendez-vous mensuels de prière contre les rituels sataniques de la pleine lune. Dans le doute, et par soucis de prudence j'avais remplacé la prière de l'Exorcisme par la récitation du Chapelet à Saint Michel, suivi de la prière à la Reine des Anges. Pour le mois prochain, il sera possible de choisir entre les deux, l'Exorcisme ou le Chapelet, suivis de la prière en question ou pourquoi pas les deux !
Saint Dimanche à tous ! +

3. Maillou Dim 04 Nov 2012

Pourquoi ne pas associer , nous laics , à la Prière à St Michel Archange ,

la Prière dictée par la Vierge au Père Cestac : " Auguste Reine des Cieux et Maitresse des Anges .. " ?

4. saintespritdeverite Dim 04 Nov 2012

Bonsoir Joséphine

"comment faire pour les enlever de l'autre côté? merci de m'éclairer Joséphine"

Chère amie, de nos propres forces humaines, nous n'avons aucun pouvoir sur la conversion de nos proches, j'en sais quelque chose hélas ! Seule la prière et les offrandes de sacrifices sont susceptibles de faire fléchir le Seigneur à exercer Sa Miséricorde sur les âmes. Nous pouvons prier absolument partout, maison de FM ou pas, dès lors qu'il est question de nous protéger du mal. Mais les prières de "purification des lieux", sont réservées au prêtres ordonnés et mandatés par l'Eglise.

En tant que laïcs ou simplement en tant qu'humains, il nous faut bien être conscient que face à Satan, nous ne sommes que des fétus de paille. Même Saint Michel ne s'en est pas directement pris à lui.

"Or, l'archange Michel, lorsqu'il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n'osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: Que le Seigneur te réprime!" (Jude:1.9)

N'oublions pas que Lucifer était un Séraphin, le plus puissant et le plus intelligent de tous, celui qui voyait Dieu le plus parfaitement et que s'il a chuté du bien vers le mal, il n'en a pas pour autant perdu sa puissance et son intelligence. Nous ne devons JAMAIS injurier le démon et encore moins nous croire plus forts que lui.

Nous ne puisons notre force qu'en Dieu et n'avons que le pouvoir d'invoquer le Sang Précieux de Jésus-Christ, la Sainte Vierge et les Saints Anges dont nous ne pouvons même pas imaginer la puissance. Par eux seuls, nous avons des armes contre le démon.

+++

5. saintespritdeverite Sam 03 Nov 2012

Merci Liliane, en effet il a semblé important d'apporter cette précision, attendu que de part et d'autres les conseils sont généralement erronés. Certains "prophètes" conseillent au nom de Dieu, de délivrer leurs frères du Malin par la prière ce l'Exorcisme, d'autres au nom du Magistère, prétendent l'inverse opposé, à savoir qu'il est interdit de le prier... D'où l'utilité d'ajuster l'information à sa dimension réelle.

Il serait de bon ton pour ceux qui, ayant pris connaissance de cet article et connaissant des sites présentant l'une ou l'autre de ses extrêmes, de fournir le lien en direction de cette mise au point.

Sainte nuit à tous +++

6. Goho_Bah Joséphine Sam 03 Nov 2012

suis maintenant rassuréé de continuer à prier l'exorcisme du Pape Léon XIII tantôt l'on nous disait qu'il ne fallait pas surtout la prier dans une maison de francs maçons,alors que vous avez des proches qui le sont,et vont à l'eglise,comment faire pour les enlever de l'autre côté? merci de m'éclairer Joséphine

7. Liliane Sam 03 Nov 2012

Merci pour cette mise au point et pour tous ses détails très importants qui vont nous permettre à notre tour d' informer tous ceux qui croient à tort que les laïcs ne peuvent pas prier l'exorcisme du Pape Léon XIII. Que DIEU te bénisse saintespritdeverite :)) En UDP

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site