Catholicisme

La Chandeleur

736px-andrea-mantegna-049.jpg

Cette fête est appelée  Chandeleur, mot qui signifie «chandelle», d'origine païenne (fête des chandelles). Autrefois, cette fête était célébrée par les Romains, en l'honneur du dieu Pan, divinité de la nature. Durant la nuit, les adeptes de cette croyance, parcouraient les rues, une chandelle à la main. L'Eglise a par la suite christianisé cette fête. Elle fût nommée  «la félicitation de Dieu» en 472, par le pape Gélase 1er et comémorait la Présentation de Jésus au Temple.

A cette occasion, les fidèles organisaient des cortèges avec des chandelles. Chaque fidèle allait chercher à l'église un cierge béni allumé, veillant bien à ce qu'il le reste durant le trajet.  Selon la tradition, une goutte de cire en provenance de ce cierge, si elle tombait sur la coquille d'un oeuf, en assurait l'éclosion, de même les anciens allumaient ce cierge durant les jours d'orage, lequel progégerait la maison de la foudre.

La tradition de la confection de crêpes vit  aussi le jour à cette époque. En effet, l'on croyait que si l'on ne préparait pas de crêpes ce jour là, les récoltes de blé s'en ressentiraient gravement !

  •  La Présentation de Jésus au Temple.

Quarante jours après la naissance de Jésus, une autre fête est célébrée : la Chandeleur ou fête des chandelles, Autrefois appelée hypapante, du grec «hupantan» ou «hupapantan» qui signifie «aller au-devant», «rencontrer». Cette date est fixée par la loi de Moïse pour la Purification et comémore pour les chrétiens, la Présentation de l'enfant Jésus au temple.

C'est ici une véritable et émouvante rencontre entre Jésus et le vieillard Siméon, l'un allant vers l'autre,  entre Dieu et son serviteur ayant attendu jusque la fin de ses jours avec foi et patience, l'accomplissement de la Promesse : « Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut .»

Cette rencontre de Dieu et de son Peuple pour la célébration de l' Alliance nouvelle et éternelle, nous révèle l'insondable amour de Dieu, amour d'autant plus grand qu'Il s'est Lui-même fait tout petit, humble parmi les humbles, pour nous montrer le chemin de Son Royaume. En accomplissant ainsi les rites prescrits par la loi de Moïse, loin d'abolir la loi, Il l'accomplit et la mènera jusqu'à sa perfection absolue par la mort sur la Croix, Dessein d'amour infini de Dieu pour les hommes révélé au vieillard et que ce dernier livrera à son tour au coeur immaculé de Marie...



Communions réparatrices des neufs premiers vendredis

apparitionsmargeritemarie.jpg

En 1688, au cours d'une apparition à Sainte Marguerite-Marie, Notre-Seigneur Jésus-Christ daigna lui adresser ces paroles : « Je te promets, dans l'excessive miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf mois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce ni sans recevoir leurs sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré aux derniers moments ».

LES COMMUNIONS REPARATRICES DES NEUF PREMIERS VENDREDIS DU MOIS

Par l'insertion intégrale de cette promesse dans la Bulle de canonisation de Sainte Marguerite-Marie (Acta Apostolicæ Sedis 1920, p. 503), en date du 13 mai 1920, le Pape Benoît XV a encouragé la pratique des communions réparatrices des neuf premiers vendredis du mois, en l'honneur du Sacré-Cœur.

LES 12 PROMESSES DE NOTRE-SEIGNEUR JESUS-CHRIST

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires à leur état.

2. Je mettrai la paix dans leur famille.

3. Je les consolerai dans toutes leurs peines.

4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde.

7. Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8. Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection.

9. Je bénirai moi-même les maisons où l'image de mon Sacré-Cœur sera exposée et honorée.

10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, où il ne sera jamais effacé.

12. Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure.

Gourmandise et volupté : prostitution de l’âme

Trouvé sur : Bibliothèque de combat

gaume-1.gif

La concupiscence de la chair. Gourmandise et volupté : voilà ce qu’elle est. Plaisirs de la bouche et plaisirs des sens : voilà ce qu’elle veut.

Dans celui qui en est esclave, l’âme déchue de sa dignité n’est plus que la servante du corps, la pourvoyeuse de ses grossières et coupables jouissances. A ce honteux métier se trouvent prostitués ses pensées, ses désirs, ses plus nobles facultés.

La vois-tu cette pauvre âme, s’étudiant à inventer chaque jour quelque nouveau moyen d’augmenter le confortable de son tyran, de flatter son palais, de contenter sa mollesse et de satisfaire, sans pouvoir y réussir, ses mille besoins factices ?

lagrandebouffemix-4-small-copie.jpgAiguillonnée sans relâche par la concupiscence de la chair, la malheureuse esclave analyse, décompose, recompose les substances alimentaires, court la terre et les mers pour faire arriver sur la table de son maître, les vins les plus exquis, les mets les plus recherchés, les produits les plus rares et rendre toute la création tributaire de sa bouche et du dernier de ses sens, le toucher.

Ces premières jouissances en appellent d’autres. Délicatement nourrie, la chair devient rebelle. Les sens parlent et ils veulent être obéis.

C’est peu de les souiller en secret, la concupiscence de la chair cherche partout un aliment aux flammes impures qui les dévorent. Cet aliment funeste, elle le trouve et le diversifie en mille manières. La preuve est sous nos yeux.

Qui a couvert l’Europe de théâtres corrupteurs ? la concupiscence de la chair.

Qui a inondé le monde et qui l’inonde encore de livres obscènes ? la concupiscence de la chair.

Qui provoque, en les chantant et en les absolvant, les entraînements de la volupté ? la concupiscence de la chair.

Qui peint, qui sculpte, qui grave, qui photographie les nudités les plus révoltantes ? la concupiscence de la chair.

Qui invente les danses et les modes les plus propres à enflammer les passions ? la concupiscence de la chair.

Qui crée et qui peuple les maisons de débauche ? la concupiscence de la chair.

Qui donne des équipages et des hôtels aux courtisanes célèbres, les noie dans le luxe, les comble de richesses et les couvre de pierreries ? la concupiscence de la chair.

Qui poursuit l’innocence et la faiblesse, avec la même fureur que le loup poursuit la brebis ? la concupiscence de la chair.

Qui conduit à la honte, au déshonneur, à la ruine de l’intelligence, de la fortune et de la santé ; aux scandales retentissants, aux dissensions domestiques, aux meurtres, aux empoisonnements, à des abominations que je n’ose nommer ? la concupiscence de la chair.

Mgr Gaume – La vie n’est pas la vie (1868)

Pétition en ligne - Demande de réexamen des ouvrages d'Arnaud Dumouch

l-heure-de-la-mort-94120-250-400-1.jpg

Une amie vient de m'informer de la publication, sur le forum d'Arnaud Dumouch, d'un post concernant la mise en ligne d'une pétition visant à demander le réexamen des ouvrages de théologie sur les fins dernières dudit théologien.

  • http://docteurangelique.forumactif.com/t15040-petition-de-l-abbe-pages-contre-le-livre-l-heure-de-la-mort-quelle-tristesse

Quelle tristesse j'ai ressenti en voyant ce matin cette pétition lancé par Guy Pagès contre le plus beau dlivre d'Arnaud (l'heure de la mort) :

http://petition.hopto.org/retrait-imprimatur/

Jusqu'où ira la haine de ce prêtre semeur de division...

Question : où cette personne a t-elle vu que c'est l'abbé Pagès qui a publié cette pétition ? (Pour précision, ce n'est pas moi non plus, ayant je pense fait ma part en publiant ce dossier). En effet, il n'en est pas l'auteur, mais pour les "adeptes" de Mr Dumouch, le respect dû aux prêtres disparaît devant la passion qu'ils nourrissent pour leur mentor. Non content ici de proférer une fausse accusation à l'endroit du père Pagès, le membre du forum docteur angélique l'injurie en le dépouillant de son titre sacerdotal, l'appelant "Guy Pagès" et non "l'abbé G. Pagès" ou "le père G. Pagès", et allant dans la foulée jusqu'à l'insulte, le traitant de "semeur de division". 

Ayant parcouru très rapidement le fil de ce forum, j'ai été saisie par des réactions classiques et très caractéristiques chez les faux prophètes et les hérétiques : la victimisation et l'auto-flagellation du prétendu martyr. En effet, il y a fort à penser que les Luther et autres Calvin ont dû tout autant jouer cette carte "Joker".

Monsieur Dumouch devrait finalement se réjouir de cette entreprise qui aura le mérite de clarifier les choses sur certains aspects doctrinaux de sa théologie, ainsi que sur la question étrange de la "compétence territoriale" du service des Imprimatur de Paris accordant le précieux Sésame pour un ouvrage rédigé à Toulouse et dont le siège social de l'éditeur est à AvignonIncertain...

Il n'est toutefois pas exclu, s'il se penche sur cette demande,  que le Magistère tranche à nouveau en faveur de son livre "L'heure de la mort", attendu qu'il semble grosso modo, suivre un certain courant de pensée dans l'Eglise moderne, notamment en France. Mais Monsieur Dumouch fait parler de lui, c'est en quelque sorte la rançon de la gloire et le fait que plusieurs de ses livres (3 sur 5) n'aient obtenu ni Imprimatur, ni  Nihil Obstat (comme son dernier ouvrage sur le sort des enfants morts sans baptême et son livre sur l'islam...) semble mettre en exergue une certaine méfiance envers ses écrits de la part de l'autorité de l'Eglise...

Quoi qu'il en soit, de par la diffusion de cette pétition, la possibilité pour les lecteurs et auditeurs d'Arnaud Dumouch, déboussolés par la teneur de ses propos de manifester leur désir de les voir éclaircir est désormais offerte.

De l'Exorcisme à Saint Michel

pape-leon-xiii.jpg

DE L'EXORCISME A SAINT MICHEL
DE LEON XIII

HISTORIQUE

 

13 octobre 1884

 

À la fin de la célébration de la Messe, le Pape Léon XIII eut une vision terrifiante de l'enfer dans laquelle il entendit la voix de Satan qui menaçait de détruire l’Église.
Profondément troublé, le Pontife composa une prière spéciale en l'honneur de Saint Michel et ordonna qu'elle soit récitée à la fin de chaque célébration Eucharistique. Cette prière continua à être récitée jusqu'au 29 septembre 1964, quand l'instruction Inter oecumenici (n° 48, § j.) décréta "...Les prières léoniennes sont supprimées...".
Au cours du Regina Caeli du 24 avril 1994, le Pape Jean-Paul II insiste pour que les fidèles récitent, à nouveau, chaque jour la prière à Saint Michel composée par Léon XIII

 

AVIS IMPORTANT


Certains sites diffusent l'information selon laquelle il serait interdit aux laïcs de prier l'Exorcisme à Saint Michel, se référant à la lettre rédigée le 29 septembre 1985 par le Cardinal Ratzinger, alors Préfet de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, or cette information est incomplète et de fait mal interprétée.
En effet, les injonctions du Préfet aux Ordinaires furent exprimées afin de remédier à aux dérives observées dans certaines situation bien précises et dont il précise la nature : les réunions de prières dans « certains milieux ecclésiaux » (de type Renouveau Charismatique où sont pratiquées des exorcismes sur des personnes ou dans le cadre d'interventions privées).


Lire la suite

Servir Dieu dans la Foi et la Charité

saint-polycarpe1.jpg

SAINT POLYCARPE DE SMYRNE (69ou 89/155), évêque, martyr.


Actes du Martyre de SAINT POLYCARPE (†156) :

Saint Polycarpe, ayant été condamné à être brûlé, et étant jeté dans les flammes, ils entendirent une voix du ciel qui criait :

«Courage, Polycarpe ! sois fort, montre-toi homme !» ; qu'alors les flammes du bûcher s'écartèrent de son corps et formèrent un pavillon de feu au-dessus de sa tête, et que du milieu du bûcher il sortit une colombe ; enfin on fut obligé de trancher la tête de Saint Polycarpe.

EXTRAIT DE LA LETTRE DE SAINT POLYCARPE AUX PHILIPPIENS

Lectures du jour, Dimanche 30 septembre

Aussi préparez-vous à l'action et servez Dieu avec crainte et en vérité ; laissez de côté le vain bavardage et l'erreur de la foule ; croyez en celui qui a ressuscité d'entre les morts notre Seigneur Jésus Christ et lui a donné la gloire et un trône à sa droite. À lui tout est soumis, au ciel et sur la terre ; tout ce qui respire lui rend un culte, il viendra juger les vivants et les morts , et Dieu demandera compte de son sang à ceux qui refusent de croire en lui.

Celui qui l'a ressuscité d'entre les morts nous ressuscitera aussi , si nous faisons sa volonté. Si nous suivons ses commandements et si nous aimons ce qu'il a aimé ; en nous abstenant de toute injustice, cupidité, amour de l'argent, médisance et faux témoignage ; en ne rendant pas le mal pour le mal, l'insulte pour l'insulte , coup pour coup, ni malédiction pour malédiction ; en nous souvenant de l'enseignement du Seigneur qui a dit : Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; pardonnez, et vous serez pardonnés ; faites miséricorde pour recevoir miséricorde ; la mesure dont vous mesurerez servira aussi pour vous ; et encore : Bienheureux les pauvres et ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume de Dieu est à eux.

Lire la suite

29 septembre, fête de Saint Michel Archange

Nous fêtons ce jour, le très glorieux Saint Michel, grand défenseur de l'Eglise de Jésus-Christ, terreur des démons et ange des martyrs. Un dossier lui est consacré  ici-même,  rappelant les différentes grâces qu'il a données à la France (victoires, apparitions etc.)

A chaque nation, comme à chaque individu, Dieu a donné un Ange tutélaire, un Ange pour la guider, l'éclairer dans sa marche à travers les siècles ; la soutenir, la protéger dans ses luttes avec les autres peuples, tant qu'elle reste fidèle à sa mission providentielle. Tel est l'enseignement des Pères de l'Eglise et de la sainte Ecriture. Quel est donc l'Ange gardien de la France ?

C'est saint Michel, prince des phalanges célestes et glorieux vainqueur de Lucifer.

saint-10.jpg

En 1912 (le 19 mai pour être précis), année du quatrième centenaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc, tous les évêques de France s’unirent pour consacrer la France à Saint Michel. Cent ans plus tard, en cette année 2012 où nous commémorons donc le cinquième centenaire de la naissance de la Bergère de Donremy, la Sainte de la Légitimité dynastique qui fut formée à sa mission par les conseils du Prince des Anges et délivra Orléans au jour de l’une de ses fêtes, nous pouvons avec grand profit reprendre le texte de cette prière centenaire...

Lire la suite

Qui est le plus grand ?

jesus012.jpg

Aujourd'hui le Seigneur invite à nouveau chacun d'entre nous à se faire "petit enfant", ce qui ne signifie pas que nous devions régresser dans notre croissance spirituelle ou ignorer les inspirations de l'Esprit Saint,  mais au contraire que nous devons renoncer à l'orgueil qui anime les sages et les intelligents (Luc: 10.21) intelligence toute intellectuelle à laquelle Dieu se dérobe. Ainsi  Dieu se dérobe t-Il à ceux qui se croient "sages et intelligents" tout en vidant de sa substance la foi de l'Eglise, lui substituant insidieusement une théologie de cigale susceptible de pallier à la perte progressive de la foi et répondre ainsi aux attentes sensibles du monde et ses besoins égoïstes de plaisirs immédiats, besoins créés de toutes pièces par son "Prince" en titre, Satan. 

Doit-on rappeler aujourd'hui aux catholiques ce que signifie "être chrétien" ? Aujourd'hui, Jésus nous enseigne que c'est être "petit", comme un "enfant". Or qui de nos jours ne s'offusquera pas, alors qu'il est un adulte, de se voir accusé d'être un enfant ?  Non, nous n'aimons manifestement pas nous faire petits, nous exécrons de part notre nature humaine orgueilleuse,  à devenir comme des petits enfants bien que Jésus nous ait révélé que leurs Anges contemplaient la Face de Dieu (St Mat:18,10). N'est-ce pas leur innocence et leur pureté qui permettent à leurs anges de contempler Dieu, nuit et jour, comme nous le révèle Jésus ? Alors nous serions sans doute bien inspirés de nous demander ce que nos Anges à nous, adultes suffisants, orgueilleux, vaniteux et incrédules, contemplent, autrement dit ce que le prisme déformant de notre âme noircie par le péché leur permet de voir...

Alors si nous sommes bien chrétiens, cette question est-elle pertinente ? Ne semble t-elle pas aux premiers abords, farfelue voire prétentieuse ? La réponse est tristement et manifestement "OUI!" , nous devons la poser et nous la poser et telle la voix qui crie dans le désert, nous devons à temps et à contre temps, prêcher l'étroitesse du chemin, la petitesse de la porte qui conduit au Royaume de Dieu (Mat:7.13). Nous devrons pour cela bien souvent braver les crachats, les incompréhensions et le mépris de ceux des nôtres qui doctement, s'acharneront à humilier ceux des "petits", mais dont la foi simple et le sensus fidei les conduisent irrésistiblement à mettre leurs pieds d'enfants de Dieu dans les pas du Christ en reconnaissant son enseignemet et en l'appliquant à leur vie. Sous l'infâme prétexte de servir ce qu'ils détruisent, ils vous accuseront de rompre avec l'Eglise Vivante (Ap:3.1) tout en opposant à son enseignement infaillible (CEC, Dogmes) , des arguments faillibles qu'ils jugeront et interpréteront selon leurs inclinaisons mauvaises (Paroles, actes et avis personnels de certains papes, textes conciliaires : Spe Salvi, Gaudium et Spes etc.)

Contrairement à ce que cherchent à l'occulter ces "nouveaux théologiens", être chrétien, c'est être uni au Crucifié dans chacun de ses actes du lever au coucher. C'est souffrir pour Lui et avec Lui, cette longue agonie et ces offenses perpétuelles à Son Sang. Être le disciple de Jésus, Sauveur du monde, qui plus que quiconque s'est fait petit enfant, humble et serviteur, c'est prier, souffrir et offrir nos peines, notre angoisse, nos souffrances physiques comme spirituelles pour la conversion des pauvres pécheurs, prendre notre croix chaque jour et Le Suivre.

Être chrétien c'est rejoindre le Christ dans l'abîme de solitude où Son peuple l'a laissé en plus de s'engager consciemment et volontairement sur le chemin de la perfection chrétienne qui demande de renoncer aux honneurs et plaisirs du monde pour témoigner comme notre Dieu avant nous, de la Vérité, mais plus difficile encore, d'aimer nos ennemis, de prier pour eux et de les bénir

Saint Dimanche à tous !

↑ HAUT DE PAGE ↑


QUI SOMMES-NOUS ? L'INACCEPTABLE ENSEIGNEMENTS PRIERES


Le Groupe de prières
Qui est Saint Michel Archange ?
Evénements
Accueil
Dernière mise à jour
VIA VERITAS ET VITAS

Entre nous
Livre d'or

Dénonciation
Fausses doctrines
N.O.M / Illuminatis
Franc-maçonnerie

Dossier Islam
Islam vidéos
Témoignages


Le latin
Communion des Saints
Padre Pio
Sagesse des Saints
Enseignements
Le démon existe !
L'enfer  
Prophéties

Vidéos enseignements/prières
Autres vidéos


Les prières
Les Exorcismes
Prières de délivrance
Consécrations
Neuvaines
Prières des Saints
Les chapelets

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site